Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Richard Ferrand : le mépris toujours et encore !

Cri de colère d’Yvonne Rainero, candidate PCF/ membre du Front de gauche dans le Finistère et ancienne enseignante de ce département.
 

Le vernis de modernité et de moralité républicaine dont veut se parer Emmanuel Macron se craquèle bien vite à l’épreuve des faits.

Déjà les péripéties de la désignation des « candidats du président », on se croirait revenus sous Napoléon le petit comme disait Victor Hugo, évoquaient plutôt la 3ème et la 4ème républiques.

Pas très neuf tout ça.

La proximité de plusieurs membres du gouvernement avec les grands intérêts privés n’a rien de moderne non plus. La modernité serait au contraire de rompre avec les féodalités financières et de redonner le pouvoir au peuple.

Mais il y a un fil conducteur qui identifie sans aucun doute tous ceux qui se rangent du côté des « puissants », c’est le mépris des classes populaires. Tellement profond, tellement naturel, qu’ils n’en sont même pas conscients.

Macron ministre comme Macron candidat nous avait donné à voir l’ampleur de ce mépris : les ouvrières « illettrées » de Gad, dans le Finistère, déjà ; la petite phrase sur le tabagisme et l’alcoolisme des habitants du bassin minier dans le Pas-de-Calais ; celle lancée à un manifestant en tee-shirt contre la loi El Khomri: « La meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler ».

Voilà maintenant que son bras droit et ministre, Richard Ferrand, en rajoute une couche en faisant déclarer par son cabinet à propos de l’emploi de son fils comme attaché parlementaire : « Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet. »

Encore une génération d’analphabètes !

Pauvre Finistère qui pourtant caracole en tête pour la réussite scolaire et universitaire de ses jeunes, grâce à l’engagement des enseignants, dont j’ai été, et des familles, et malgré souvent les politiques qui ont déshabillé ici comme ailleurs l’Éducation nationale.

Je ne prendrai qu’un exemple, celui de l’accès précoce des jeunes enfants à la maternelle, un des points forts de ce département et un outil de lutte contre les inégalités sociales, qui n’a pas résisté aux politiques d’austérité, politiques que le nouveau président veut poursuivre et amplifier en amputant de 60 milliards d’euros les dépenses publiques et en supprimant 120 000 emplois de fonctionnaires.

Car les résultats scolaires des jeunes Finistériens ne doivent pas cacher le poids des inégalités sociales qui ici aussi entravent l’accès des jeunes à une formation de haut niveau et à l’emploi.

Ni l’existence de territoires trop souvent négligés par ceux qui ont le pouvoir de décider des politiques publiques en matière d’école, de santé, de transports...

Parmi ceux-là le Centre-Finistère et le Centre -Bretagne.

Je n’aurai pour finir que deux questions à poser à Richard Ferrand :

Se sent-il légitime pour présenter à nouveau sa candidature dans cette circonscription du Centre-Finistère dont il considère la jeunesse comme quasi-illettrée ?

Se sent-il légitime pour rester ministre de la « Cohésion de territoires » lui qui considère avec tant de mépris ces territoires du Centre-Bretagne ?

Yvonne Rainero

Quimper, le 25 mai 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.