Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Quimper, 21 septembre : un millier de manifestants motivés et décidés à continuer

Ce jeudi 21 septembre à Quimper, malgré une météo peu engageante, la détermination était toujours au rendez-vous.

Si le nombre de manifestants n’atteignait pas celui du 12 septembre, il se situait tout de même dans la fourchette haute des mobilisations sociales des derniers mois, sachant que le département comptait 5 rassemblements.

Après l'habituel défilé le long des quais de l'Odet, le cortège fit un détour par la nouvelle permanence de la députée en Marche qui fut ainsi "inaugurée" par les manifestants qui remirent une motion.

Permanence voisine des bureaux finistériens de l'Agence Régionale de Santé, et aussi de ceux de la Direccte, voilà qui promet des tirs groupés lors de futures manifestations!

Plus de 300 exemplaires du nouveau journal départemental du PCF ont été diffusés et accueillis avec intérêt.

 

Le président Macron, qui a mis en scène aujourd’hui devant les caméras la signature des ordonnances, aurait tort de croire que l’affaire est pliée.

Celles et ceux qui se sont mobilisés dans les entreprises, dans les rues, ne sont pas dans un esprit de résignation

Retraités, salariés du public, sont prêts à prendre le relais, des convergences vont se construire, public et privé, jeunes et plus anciens.

Les rendez-vous à venir ne manquent pas, les motifs de manifester non plus !
Les services publics, malmenés par les choix austéritaires du président qui chausse les bottes de ses prédécesseurs et veut aller encore plus loin dans le grand hold-up au profit de la finance, touchent à la vie de chacun, leur dégradation est particulièrement ressentie dans les quartiers populaires et les territoires ruraux.

Depuis cette rentrée, une nouvelle fermeture de bureau de poste à Ergué-Gabéric est devenue effective, tandis que d’autres bureaux sont soumis à des restrictions d’horaires et de jours d’ouverture.

Dans les hôpitaux, les EHPAD, le fonctionnement subit le contrecoup du manque de moyens et de personnel. Souffrances pour les agents comme pour les patients.
Les hospitaliers, comme les postiers, étaient bien visibles dans le défilé.

Dans les écoles, les rares ouvertures se font en dégradant la situation ailleurs : ici on dédouble un CP, à côté dans une autre école du même REP (Réseau d'Éducation Prioritaire) on en ferme un et on entasse ses élèves dans des classes à double niveau !

La suppression des contrats aidés provoque aussi des difficultés supplémentaires et renvoie à une grande précarité celles et ceux qui occupaient ces emplois et à qui ils servaient souvent de tremplin pour repartir du bon pied.

La préfecture du Finistère a déjà recensé, et ce n’est pas fini, 2000 contrats directement menacés dans le secteur associatif.

Si on ajoute à tout ça les politiques de santé, du logement, la baisse des APL, la hausse de la CSG, l'insuffisance des revenus, les privatisations qui s’annoncent, d’autres mobilisations sont à venir.

Et le mépris affiché par le président pour les luttes sociales et ceux qui y participent pourrait bien se retourner contre lui.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.