Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Réouverture de la ligne Quimper-Brest

 

Ce dimanche 10 décembre 2017, la ligne Quimper-Brest était à nouveau ouverte après un an de travaux longtemps attendus et qui n'auraient probablement pas été réalisés sans la pression des cheminots CGT et des usagers.

Ne boudons pas notre satisfaction tout en ajoutant qu'il y a encore à faire pour qu'elle soit à la hauteur des attentes des uns et des autres.

61% du coût de ces travaux ont été pris en charge par les collectivités territoriales, donc seulement 39% par SNCF Réseau et l’État.

L'amputation brutale des dotations aux collectivités décidée par le gouvernement, s'ajoutant à celles de ces dernières années, fait peser de lourdes inquiétudes sur les financements nécessaires dans le ferroviaire, pour les voyageurs comme pour le fret.

Menacé en plus par l'ouverture à la concurrence des TER prévue en 2019 selon la volonté de la Commission européenne.

L'appel de la CGT à un rassemblement à la gare de Châteaulin en ce dimanche portait l'exigence du développement du service public ferroviaire, de son accessibilité à l'ensemble des citoyens et dans tous les territoires, et d'une ré-humanisation des gares et des trains, à l'heure où la SNCF diminue la présence humaine sur les quais, aux guichets, dans les trains.

C'est ainsi que l'inauguration de la ligne Quimper-Brest rénovée s'est faite à Châteaulin, dans une gare dont le guichet est fermé.

Plus d'une centaine de manifestants avaient répondu à l'appel de la CGT.

Gabriel André, secrétaire du syndicat des cheminots CGT de Quimper, prit la parole, accompagné de Pascal Pouliquen, du secrétaire régional Thierry Gourlay, de Gilbert Gléonec.

De nombreux responsables du syndicat étaient là : Anne-Véronique Roudaut, secrétaire départementale, Gilbert Phélep, Marie Le Berre, Gildas Le Goff, Alain Le Corre de la Fapt-CGT très en pointe dans l'action actuellement dans le Finistère...

Des communistes aussi, de tout le département, dont Ismaël Dupont secrétaire de la fédération, Piero Rainero, élu à Quimper.

Pendant que les manifestants occupaient le parvis de la gare, les officiels dégustaient les petits fours sous le chapiteau. Parmi eux, le maire de Quimper et sa première adjointe qui avaient refusé de voter le vœu présenté par l'élu communiste quimpérois pour le maintien des guichets à la gare de Quimper...

Cette déshumanisation est un facteur d’exclusion sociale et générationnelle. Elle génère du stress pour les salariés comme pour les usagers, elle est facteur d’insécurité. Sans compter l’impact sur l’emploi.

La SNCF est depuis revenue en partie sur cette suppression de guichets à Quimper grâce à l'action très suivie des cheminots.

Salariés, usagers, continuons à lutter ensemble pour un service public ferroviaire modernisé et accessible à toutes et tous, c’est un facteur d’égalité sociale et territoriale, de progrès humain et de développement économique, de préservation de l’environnement.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.