Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Pouvoir d'achat. Manif des retraités jeudi / Le Télégramme. Quimper. Thierry Charpentier/ 10 mars 2018

 

Neuf organisations appellent à la manifestation du 15 mars, sur la place de la Résistance puis devant la permanence de la députée En Marche.

Exaspérés les retraités. Alors que la hausse de la CSG a commencé à s'appliquer et leur pension est de nouveau gelée pour 2018, neuf organisations appellent à sept manifestations dans le département, le 15 mars. Toutes s'achèveront devant les permanences des députés En Marche, jugés « méprisants ».

Le précédent rassemblement, le 28 septembre dernier, avait vu 2.500 retraités défiler dans trois villes du Finistère. Relayant un appel national, la CGT, FO, la CFTC, la CFE-CGC, la FSU, Solidaires et LSR (Loisirs et Solidarité des retraités) appellent à remettre le couvert le 15 mars, à partir de 10 h 30, dans sept villes du département (*).

« C'est bien beau de culpabiliser les retraités ! »

Leur mot d'ordre n'a pas changé - « Nous ne sommes pas des privilégiés » - mais leur colère semble plus vive. Depuis l'automne, le gouvernement a notamment mis en oeuvre la hausse de 1,7 point de la CSG pour les retraités dont la pension est supérieure à 1.200 €. « Mais ce qui n'avait pas été précisé, c'est que c'était le revenu fiscal du foyer qui était pris en compte. De fait, beaucoup de retraités, notamment des femmes (66 % des femmes retraitées gagnent moins de 900 €), touchent moins de 1.200 € et sont néanmoins taxés », s'insurge Raymond Biger, pour Solidaires. Parallèlement, les pensions sont à nouveau gelées pour l'année en cours, « et les complémentaires bloquées pour très longtemps ! Il faut absolument que les pensions soient revalorisées ! Emmanuel Macron a dit qu'il fallait que les retraités soient solidaires des autres générations ? On ne l'a pas attendu ! On demande à ceux qui ont le moins de financer la protection sociale et, pendant ce temps, on supprime l'ISF pour les plus riches ! C'est bien beau de culpabiliser les retraités », tempêtent Michelle Jézéquel, de la CGT, rejointe par les autres porte-parole qui disent « ne plus supporter cet antagonisme qu'on organise entre les anciens et les actifs. Les retraités ont participé à la création de richesses dans ce pays et aujourd'hui, on vient leur dire qu'ils sont des retraités aisés à partir de 1.200 € par mois ? Quel mépris ! ».

« Nous serions une génération dorée ? Insupportable ! »

Tous déplorent également « la casse des services publics, La Poste, les ehpads, les hôpitaux... C'est un souci important qui plus est pour nous. D'autant qu'il y a de l'argent pour les plus riches ! ». Ils sont également remontés contre les députés finistériens En Marche, qualifiés de « méprisants ». Ils narrent une demande de rencontre, le 28 septembre dernier, avec Annaïg Le Meur : « Nous avons demandé à être reçus. Elle n'était pas là, comme elle ne sera sans doute pas là le 15 mars. Elle ne reçoit le bon peuple que le vendredi », ironisent-ils. Ils ont fini par obtenir une entrevue : « Elle a fait celle qui découvrait un certain nombre de choses et n'a pu nous répondre qu'en opposant les générations, en nous disant que de nombreux retraités avaient des positions plus abordables que de nombreux salariés. Mais notre génération a aussi connu la précarité, le chômage, les suppressions d'emplois ! Il faut arrêter cette culpabilisation. Entendre que nous serions une génération dorée, c'est insupportable ! », dénoncent-ils, ulcérés que dans le même temps, les députés se sont exonérés de payer la CSG sur leurs frais de mandat.

 

7 rassemblements le 15 mars, à 10 h 30,

à Quimper : place de la Résistance puis devant la permanence d'Annaïg Le Meur, 5, venelle de Kergos.

À Châteaulin, devant la permanence de Richard Ferrand, 2, rue Baltzer.

À Concarneau, devant la permanence d'Erwan Balanant, 40, rue Bayad.

À Pont-l'Abbé, devant la permanence de Liliane Tanguy, 12, rue du Port.

À Brest, place de la Liberté puis devant la permanence de Jean-Charles Larsonneur, boulevard Gambetta.

À Landerneau, devant la permanence de Graziella Melchior, 54, quai de Léon

À Morlaix, devant la mairie puis vers la permanence de Sandrine Le Feur, 21, place Cornic.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.