Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Stop à la maltraitance des retraité-es !

 

Déclaration de la section PCF du pays de Quimper

Le 15 mars les retraité-es seront à nouveau dans la rue pour exprimer leur colère contre les mesures régressives qui les touchent et particulièrement la hausse de la CSG : 1,7 point en plus, c'est une augmentation de 25,75% de cet impôt injuste et inégalitaire, ce n'est pas du tout indolore, et cela concerne des retraité-es modestes, y compris très en-dessous de 1200 € mensuels en raison des modalités d'application.

Cela vient s'ajouter au blocage des pensions, à leur découplage par rapport aux salaires, à l'accumulation de mesures fiscales amputant les retraites : prélèvement de la contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie (cette CASA que Mme Le Meur, députée LREM de notre circonscription, semble ignorer), suppression de la demi-part aux veuves et veufs, imposition du supplément de 10% pour les retraités ayant élevé 3 enfants.

Sans oublier la baisse des allocations logement, l'augmentation des complémentaires santé, la hausse du forfait hospitalier, celle du gaz...

Trop c'est trop !

La colère des retraité-es est d'autant plus forte que le président des riches invoque la solidarité intergénérationnelle.

Or les retraité-es ne jouissent pas de privilèges, leur retraite ils l'ont gagnée par leur travail, ils ont cotisé dans leurs années d'activité pour les plus anciens. Leur existence n'a rien à voir avec la vie dorée dépeinte par les député-es En Marche qui ajoutent l'indécence à l'ignorance : 2/3 des femmes retraitées touchent moins de 900 € mensuels.

Et la solidarité, les retraité-es la pratiquent, ils n'ont pas besoin que Macron leur fasse la leçon.

Eux qui aident autant qu'ils le peuvent enfants et petits-enfants, eux qui accompagnent leurs parents qui avancent en âge, eux qui sont souvent la cheville ouvrière de beaucoup d'associations de solidarité, venant en aide aux jeunes précaires comme aux retraités pauvres.

On ne peut en dire autant de notre président, ce qui guide ses choix, ce n'est pas un objectif de justice, d'égalité.

La manière dont le gouvernement a bloqué il y a quelques jours le vote des propositions de loi des communistes pour combattre la précarité des femmes, soutenir les aidants familiaux, relever les petites retraites agricoles, montre que la seule solidarité que connaît Emmanuel Macron, c'est sa solidarité de caste avec les plus riches et les grands patrons.

Et ils peuvent s'en féliciter, tel Bernard Arnault, l'un des premiers de cordée chers à Macron, qui a vu sa fortune progresser de 71% en un an et a gagné 770 € par seconde en 2017 !

Un vrai privilégié...

Et pendant ce temps Carrefour dont il est l'un des actionnaires licencie 2400 salarié-es.

Et pendant ce temps les hôpitaux et les Ehpad sont en état d'urgence, les souffrances des patients et des résidents, comme celles des personnels atteignent un niveau indigne d'une société civilisée.

Et pendant ce temps Macron fait les poches des retraité-es.

Pour faire avancer l'égalité, la justice, la solidarité, le progrès social, c'est à la finance qu'il faut s'attaquer.

Oui les retraité-es ont raison d'être dans la rue le 15 mars, les communistes seront à leurs côtés, et ils appellent à participer nombreux à la manifestation organisée par les syndicats et associations jeudi 15 mars à 10h30 place de la Résistance à Quimper.

 

Quimper, 12 mars 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.