Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Quimper. La ville « sous surveillance » : la LDH dit « stop » / Ouest-France. 18 mars

L’antenne quimpéroise de la Ligue des droits de l’homme (LDH), ici avec son président, Dominique Brunel, tenait un stand d'informations, samedi 17 mars à Quil | Ouest-France

La Ligue des droits de l’homme (LDH) de Quimper (Finistère) a redit son opposition, samedi 17 mars, contre le dispositif Voisins solidaires, mis en place en fin d’année 2017 dans la préfecture finistérienne, et contre les caméras de vidéosurveillance, que la municipalité envisage de déployer ces prochains mois.

Samedi 17 mars, l’antenne quimpéroise de la Ligue des droits de l’homme (LDH) tenait un stand d’informations afin de défendre sa position, contre le dispositif Voisins solidaires, mis en place en fin d’année 2017 dans la préfecture finistérienne, et contre les caméras de vidéosurveillance, que la municipalité envisage de déployer ces prochains mois.

« Le climat suspicieux induit par ces dispositifs participe à la construction d’une vision anxiogène de la société qui ne correspond pas à la réalité quimpéroise », estime Dominique Brunel, président de la LDH à Quimper (Finistère). Il dénonce également le fait que ces dispositifs n’aient pas été « co-construit avec les citoyens, premiers concernés ».

Un « observatoire des libertés publiques »

La LDH envisage la création d’un réseau « Stop Quimper sous surveillance » et d’un observatoire « composé de citoyens, chargé de regarder ce qui se passe en matière de libertés publiques dans la ville », précise Dominique Brunel.

La LDH Quimper organise une réunion de présentation, mercredi 21 mars, à 20 h, maison des associations, à Quimper.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.