Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Budget. 1,2 milliard de coupes sur les salaires des hospitaliers / L'Humanité

 

Sébastien Crépel / 9 mai 2018

Extrait du document de la Direction générale de l’offre de soins du ministère des Solidarités et de la Santé.

Une note des services du ministère de la Santé montre qu’un plan d’économies à l’hôpital est bel et bien en préparation.

Contre l’évidence et les sacrifices budgétaires demandés aux hôpitaux, Emmanuel Macron et le gouvernement vont répétant qu’ils n’exigeront pas d’eux de nouvelles économies durant les quatre ans à venir. Une note émanant de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), un service du ministère des Solidarités et de la Santé, montre que de nouvelles coupes sont bel et bien en préparation. Selon ce document, publié sur le site d’information spécialisé Hospimedia et transmis à la presse par FO santé, un plan d’économies de 1,2 milliard d’euros prélevés sur la masse salariale des hôpitaux publics serait à l’étude pour la période 2018-2022.

Cette coupe serait la traduction de « l’effort attendu sur l’ensemble de l’Ondam» (objectif national de dépenses d’assurance-maladie, voté chaque année par le Parlement), le plan de rigueur appliqué aux dépenses de santé s’élevant en tout à 6,2 milliards d’euros, explique le document. Pour atteindre la part des économies exigée sur les rémunérations des personnels des hôpitaux, le ministère table sur une modération de la croissance de la masse salariale, qui passerait d’un rythme de 2,1 % l’an observé sur la période 2013-2017 à moins de 1,6 % par an entre 2018 et 2022. Des économies qui seraient aussi « la résultante des programmes de réorganisation hospitalière » à l’instar du « virage » pris vers l’« ambulatoire », et « des évolutions réglementaires » récentes comme le rétablissement du jour de carence pour maladie chez les agents publics.

Cette austérité s’étagerait selon plusieurs critères (démographie, recours aux soins, performance des hôpitaux), de 1,2 % de croissance de la masse salariale pour les hôpitaux d’un bon tiers des régions françaises, jusqu’à 1,7-1,9 % maximum pour les établissements situés dans les autres régions, ceux de la Corse, de la Guyane (environ 2 %) et de Mayotte (9 %) ayant droit à un traitement plus favorable.

Pour le secrétaire général de FO santé, Denis Basset, cette note de la DGOS montre la « dichotomie entre les propos du président de la République, du gouvernement, et la réalité », son syndicat dénonçant le « mensonge » des pouvoirs publics sur la prétendue absence de plan d’économies sur l’hôpital. Au total, ce rationnement de la masse salariale représente « une suppression de 30 000 postes sur cinq ans », rapporte le site Hospimedia à partir de la même source syndicale, en précisant que la méthode envisagée par les services du ministère n’a « pas encore fait l’objet d’une concertation syndicale ».

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.