Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Maternité de Guingamp. « Le combat sera long et dur »/ Le Télégramme. 1er juin 2018

Samedi, les élus du territoire, main dans la main avec les personnels hospitaliers, ont manifesté contre la fermeture de la maternité.

Mardi soir, Guingamp-Paimpol Armor-Argoat Agglomération (GP3A) et Leff Armor Communauté (Lac) ont voté en faveur d’une motion en simultané, demandant le maintien de la maternité de l’hôpital de Guingamp. « Une décision incompréhensible, annoncée brutalement et sans concertation. Aussi, nous nous opposons fermement à cette décision infondée qui, au-delà de la disparition d’un service jugé essentiel à nos jeunes populations, a des conséquences néfastes sur l’attractivité de nos territoires », écrivent les élus.

Et Philippe Le Goff, le maire de Guingamp, de rappeler qu’« il est important d’envoyer un signal fort à l’Agence régionale de santé (ARS). Je suis indigné par la proposition qui nous a été faite. Il faut savoir que les rapports les plus tendus et les plus compliqués que nous pouvons avoir en tant qu’élus sont toujours ceux avec l’ARS ». Et Rémy Guillou, l’édile plouisyen, d’enchérir : « Ce n’est pas à un fonctionnaire de décider pour la population mais c’est à nous, élus. Or, nous n’avons pas été consultés. Je dénonce la malhonnêteté de cette administration ».

Le PETR portera la procédure de contentieux

Des prises de position unanimes, à l’exception du député LREM Yannick Kerlogot, non présent mardi soir mais qui avait transmis son abstention sur le vote par procuration. Tous les autres partageant une même envie de se battre.

Qui passera par la voie judiciaire et le « recours administratif, hiérarchique et contentieux » qui sera déposé dans un délai de deux mois. Le Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR), autrement dit le pays de Guingamp, étant chargé de porter cette procédure de contentieux. Car c’est lui qui est en charge du Contrat local de santé, et puis, ajoute son président, Yvon Le Moigne, « nous sommes l’interface des trois territoires, GP3A, Lac et Bréhat. C’est plus facile ».

Il n’en reste que le combat « sera long et dur, mais il faut qu’on le gagne. Il faut se dire que ça va être difficile, face à des gens qui ont un programme et qui l’appliquent. Il nous faudra être courageux, tous ensemble. Toute la population, tous les personnels et tous les élus », alerte le Paimpolais Philippe Couleau, vice-président chargé de la planification territoriale, encore meurtri par la fermeture de la maternité de Paimpol, il y a quinze ans. « J’espérais ne jamais revivre ça… On s’est battus en 2002-2003 pour sauver la maternité, on a fait condamner le ministre de l’époque, Mattei, pour erreur manifeste d’appréciation. Cela n’a pas suffi ».

Autre levier, « poursuivre la mobilisation des élus pour peser sur les décisions et agir auprès des instances régionales et nationales ». Faire du lobbying en coulisses et non, comme l’a suggéré Brigitte Godfroit, la maire de Louargat, « envisager une action plus musclée ». Cette même défense que les Carhaisiens ont privilégiée il y a dix ans, qui leur a permis de sauver leur maternité.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.