Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 

14 juin10:30
 

 

La déclaration de la section du PCF du pays de Quimper :

Retraités : maltraités, en colère, mais pas résignés !

 

Lors de la campagne des présidentielles, un candidat a écrit aux retraité-e-s : « Je m’engage à vous permettre de bien vivre et de bien vieillir, en bonne santé et en sécurité... ».

C’était Emmanuel Macron.

Les retraité-e-s, qui étaient 200 000 dans les rues le 15 mars pour protester contre sa politique, ont pu mesurer sur pièces la valeur de ses promesses.

Toutes les décisions prises par le président des riches vont dans le même sens : diminuer toujours plus la part des dépenses publiques qui va au progrès social, à la solidarité, pour financer les cadeaux aux plus fortunés et aux grandes entreprises.

Car les privilégiés, ce ne sont pas les retraité-e-s dont 1 200 000 vivent sous le seuil de pauvreté, qui voient sans cesse leurs ressources amputées par une accumulation de mesures fiscales, par le blocage des pensions alors que le coût de la vie augmente, et qui ont de plus en plus de mal à se soigner, se nourrir correctement, se loger... 

Eux qui souvent assument déjà une grand part de la solidarité intergénérationnelle en aidant leurs proches, compensant les défaillances des politiques publiques.

Eux qui ont cotisé pour leurs aînés pendant leurs années d’activité.

Et on leur inflige une lourde augmentation de la CSG au nom de la solidarité avec les salarié-e-s, dans le même temps où ces salarié-e-s subissent de nouvelles ponctions au nom de la solidarité avec les anciens !

Les vrais privilégiés pendant ce temps se frottent les mains, l’œil sur les courbes du CAC 40, et sur le montant des dividendes versés aux actionnaires pour lesquels la France bat les records mondiaux.

Car non seulement les profits explosent, + 26,5 % encore en 2017, mais sur 100 € de bénéfices, les deux tiers, 67 €, vont à la rémunération des actionnaires qui a atteint 46,5 milliards d’euros en 2017.

Ce qui plombe les comptes de la France, pénalise son économie, c’est le coût du capital.

Pour faire avancer l’égalité, la justice, la solidarité, le progrès social, c’est à lui qu’il faut s’attaquer.

Il est là l’argent qui manque pour l’hôpital, pour l’école, pour les investissements utiles.

Il est là l’argent qui manque pour le bien vivre et le bien vieillir faussement promis par Macron.

Et pas dans la poche des retraité-e-s !

Oui les retraité-e-s ont raison d’être dans la rue, les communistes sont à leurs côtés et ils appellent à participer nombreux à la manifestation organisée par les syndicats et associations ce jeudi 14 juin à 10h30 place de la Résistance à Quimper.