Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Brest. Une éclaircie dans la colère des blocs opératoires de l'hôpital. Ouest-France. 5 juin 2018

 

Depuis fin avril, chaque semaine, des personnels des blocs opératoires de l’hôpital de la Cavale-Blanche se mobilisent pour leurs conditions de travail. Ce lundi, la direction du CHRU de Brest-Carhaix a fait un geste. Elle a annoncé l’ouverture d’une série de réunions avec les syndicats, d’ici fin juin. Elle n’a pas prononcé le mot "négociation" mais ça y ressemble…

Ce lundi, s’est déroulée la 6e journée de mobilisation des personnels des blocs opératoires de la Cavale-Blanche. Depuis fin avril, ils manifestent pour leurs conditions de travail, la qualité et la sécurité des soins.

L’après-midi, une importante réunion a eu lieu entre le directeur général du CHRU, la directrice des ressources humaines, et les représentants syndicaux CFDT-CGT-Sud accompagnés de salariés. La rencontre a duré une heure et demie.

« La nouveauté est que le directeur général a annoncé une série de réunions à venir avec les syndicats, d’ici fin juin, explique Thomas Bourhis, représentant CGT. Il n’a pas voulu prononcer le mot, mais ça ressemble bien à l’ouverture de négociations ! »

Des négociations ardemment réclamées depuis le début du mouvement. « C’est un début, estiment les syndicats qui ne crient pas victoire et restent méfiants. C’est surtout beaucoup de temps perdu ! »

Par ailleurs, le directeur général a défini quatre thématiques : les temps de repas, le matériel, les heures supplémentaires et la formation des nouveaux. Mais les syndicats auraient préféré que la « journée entière » soit prise en compte, avec les questions du temps d’habillage/déshabillage et de la préparation de la salle d’opération.

La direction avait déjà annoncé le report de sa réforme des blocs opératoires, prévue en juin, à cet automne. Un engagement qui n’avait pas calmé les esprits. « Pour les personnels, il faut d’abord résoudre les problèmes actuels ! »

Nombreux agents assignés

Il n’y a pas eu de manifestation cette fois-ci. « Nous n’étions pas assez nombreux. Pourtant, les personnels restent mobilisés. Mais la direction a commencé à assigner des agents dès mercredi dernier ! Sur 68 opérations programmées, seulement douze n’ont pas pu avoir lieu », indique Thomas Bourhis, qui déplore une « atteinte au droit de grève ».

Les syndicats prévoient une nouvelle journée d’action le 14 juin.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.