Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Cheminots quimpérois. 27ème jour de grève

 

14ème séquence de grève, 27ème jour ce jeudi 7 juin où les cheminots se retrouvaient ce matin devant la gare de Quimper pour une assemblée de grévistes tout en distribuant aux voyageurs qui franchissaient les portes un billet factice appelant les usagers à défendre avec les cheminots le service public ferroviaire unique.

Bon accueil de ces usagers qui avaient souvent un mot d'encouragement.

On ne lâchera rien!
ont dit tour à tour Gabriel André et Pascal Pouliquen de la CGT cheminots.

Gabriel André, lisant le communiqué commun de toutes les fédérations de cheminots, souligna que le mouvement était toujours important, 24% de grévistes selon les chiffres de la direction pour la précédente séquence, et même en hausse par rapport à celle d'avant, alors que radios et télés ne cessent d'annoncer qu'il s'effondre et que l'unité syndicale a éclaté...Laurent Berger, le dirigeant de la CFDT qui prend lui aussi ses désirs pour des réalités eut droit à un sévère rappel à l'ordre : c'est aux cheminots dans leurs assemblées générales de décider démocratiquement de leurs actions!

Et leur décision fut claire et nette : 32 voix pour la poursuite de la grève mardi et mercredi prochain, et une abstention, avec à nouveau appel à une journée sans cheminots comme le 14 mai dernier.

Malgré les campagnes médiatiques, malgré le vote du Sénat où seul le groupe communiste et républicain a fait bloc contre la contre-réforme de Macron, malgré les pressions financières de la direction qui vont jusqu'à soustraire de la paie des cheminots des jours qui n'étaient pas des jours de grève ils ne baissent pas les bras !

Les communistes leur apportent tout leur soutien car les cheminots défendent le service public, des droits conquis qui sont non pas des privilèges mais un point d'appui pour élargir ceux de l'ensemble des salariés, et font rempart avec toutes celles et ceux en lutte actuellement dans les différents secteurs contre les nouveaux reculs sociaux mijotés à ’Élysée et dans les cabinets ministériels : retraites, Sécu, chômage...
 

Ils sont aussi mobilisés avec leurs élus, députés, sénateurs, élus locaux, contre cette casse du service public et pour une autre réforme ferroviaire.

Comme ils l'ont été il y a quelques décennies pour défendre le rail breton, les lignes (déjà les "petites lignes") et les gares, ce qui valut à un certain nombre d'élus et de responsables communistes de Bretagne citations à comparaître et condamnations, par la suite amnistiées, pour avoir défendu l'intérêt général (voir photos)

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.