Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Pompiers du Finistère. Un préavis de grève pour le passage du Tour / Le Télégramme. 12 juin 2018

 

Pour protester contre l’augmentation du temps de travail et la réorganisation de la garde, les pompiers finistériens envisagent de manifester lors du passage de Tour de France.

Ils refusent l’augmentation du temps de travail et la réorganisation de la garde. Les pompiers pourraient manifester à l’occasion du passage du Tour de France dans le Finistère.

Le syndicat CGT des pompiers a déposé un préavis de grève pour les journées du 11 au 13 juillet, à l’occasion du passage du Tour de France dans le Finistère. Une manière, pour les représentants des pompiers finistériens, de mettre la pression sur leur direction, à l’heure où les négociations sur la baisse des effectifs de garde et l’augmentation du temps de travail en journée, ouvertes en janvier, font l’objet d’âpres discussions.

Moins de pompiers la nuit

« On a de gros centres de secours amenés à rayonner plus loin que leur territoire d’intervention premier. À Brest, où le projet est de réduire le nombre de pompiers de garde la nuit, il y a une carence régulière des volontaires. La nuit dernière, la caserne s’est vidée en quelques minutes pour différentes interventions. Demain, si le potentiel baisse, ça veut dire qu’il y a des interventions qu’on ne pourra pas mener à bien ». Secrétaire général du syndicat, Fabrice Le Ven s’inquiète du projet de baisse des effectifs de garde qui pourrait toucher de plein fouet les centres de secours de Quimper et de Brest.

Une différence de perception sur la qualité du service public avec la direction du Service d’incendie et de secours (Sdis) du Finistère.

Son directeur adjoint, le colonel Christophe Auvray, défend l’idée d’une diminution à la marge des effectifs de nuit pour les redéployer en journée quand les volontaires des centres de secours périphériques sont moins disponibles : « À Brest, il y a 33 pompiers de garde la nuit, cela conduirait à réduire au maximum l’effectif à 31 agents ».

Augmentation du temps de travail

Le second point de divergence entre les deux parties porte sur une augmentation de 60 heures du temps de travail annuel. Une évolution recommandée par un rapport de la chambre régionale des comptes, après une inspection réalisée en 2017. « Chaque fonction publique est libre de ses choix », défend le syndicat. L’évolution pourrait toucher les pompiers en garde de douze heures et l’ensemble des services techniques et administratifs. Cette fois, l’objectif pour le Sdis, selon le colonel Christophe Auvray, est « de se mettre en conformité avec la loi tout en préservant au mieux les acquis des agents ». Plutôt que de réduire le nombre de journées de RTT, la proposition de la direction est une augmentation de 18 minutes de la journée de travail. La CGT s’y oppose catégoriquement.

Dans ces conditions, si les négociations n’aboutissaient pas à un accord avant la fin juin, les pompiers pourraient se mettre en grève, lors du passage du Tour. Il n’est pas question, pour eux, de descendre dans la rue sur leurs jours de garde, ils n’en ont plus le droit. « Nous serions obligés de trouver d’autres moyens sur nos jours de repos. On anticipe juste au cas où », prévient Fabrice Le Ven. Avant d’en arriver là, le dialogue se poursuit.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.