Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Macron à Quimper. 250 personnes réunies à la gare. Le Télégramme, 21 juin 2018

Face à face bon enfant entre les manifestants et les forces de l’ordre.

250 personnes se sont rassemblées devant la gare contre la venue d’Emmanuel Macron jeudi matin. Ils ont été bloqués avant même les quais à la hauteur de la place Jacques-Cartier.

« Rendez-nous notre mégaphone » ont scandé les manifestants vers 9 h 30. Lors d’un contrôle d’identité, un militant du NPA venait de se faire saisir son petit porte-voix. Rassemblement très disparate devant la gare. Il y avait là les cheminots CGT et les électriciens d’Enedis qui bloquent le site de l’Eau-Blanche depuis mercredi, la fédération départementale Force ouvrière et sa secrétaire Nadine Hourmand, la FSU, mais aussi Droit d’asile, la « ZAD vivra » de Notre-Dame-des-Landes et même deux comités « Stop Linky ». Côté politique : la France insoumise, le NPA et Piero Rainero, le conseiller municipal d’opposition qui a refusé de poser pour la photo aux côtés d’Emmanuel Macron.

Bloqués avant même les quais
 

« À 8 h 30, le préfet s’est rendu à la gare », ont indiqué les cheminots CGT, « il nous a demandé de rester sur place, on a pris acte », a poursuivi l’un de leur représentant.

Consigne bien sûr non tenue. Après 10 h, un cortège s’est formé pour se diriger vers le centre-ville. Il a été rapidement arrêté par les forces de l’ordre prépositionnées avant même les quais et le pont Firmin à la hauteur de la place Jacques-Cartier. Aucun incident n’a été a déploré lors de ce face-à-face finalement bon enfant.

Sifflets, cornes, pétards dont ceux très puissants des cheminots… Les manifestants ont tenté de faire du bruit lors du meeting présidentiel. Si finalement les électriciens d’Enedis en grève n’ont pas mis leur menace à exécution de couper le son à Emmanuel Macron lors de son discours, les cheminots, ont, eux réussi à se faire entendre jusqu’à la place Saint-Corentin. À 11 h 15, un groupe est entré dans quatre trains à l’arrêt en gare et ont fait retentir les sifflets des motrices durant plusieurs minutes. Peu avant 11 h 30, les manifestants ont brièvement envahi le quai de la gare. Le TGV pour Paris a pu prendre le départ.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.