Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Macron à Quimper : petit retour sur la réalité de sa visite

 

Alors que la presse s'ingénie à peindre le passage de Macron à Quimper et en Bretagne sous les couleurs les plus attrayantes (menus présidentiels, les nappes de l'Elysée étant du déplacement, on ne sait jamais avec ces bretons, pose pour faire peuple accoudé au comptoir d'un petit bistrot de Camaret pour suivre une mi-temps d'un match...), il n'est pas inutile de faire un petit retour en images sur la réalité de sa visite du jeudi 21 juin à Quimper où il a été accueilli comme il se doit par un rassemblement de 300 personnes devant la gare, et cela sans mot d'ordre de grève, en semaine et dans les heures creuses de la matinée, dans une ville en état de siège.

On peut constater d'ailleurs sur ces photos la forte présence policière empêchant les manifestants de se déplacer. Le gros des troupes bloquait les abords du centre ville, empêchant l'accès des Quimpérois comme des visiteurs.

Commerces fermés, des restrictions de stationnement et de circulation dès la veille, barrages multiples le jeudi... Il y avait même paraît-il un tireur d'élite dans une flèche de la cathédrale!
Quand on pense que le petit déjeuner solidaire prévu par la LDH sur une aire de jeu en dehors du périmètre privatisé pour Macron avait été interdit pour risque de menace à l'ordre public.
Cheminots, électriciens, postiers, personnels de la santé et du social, enseignants, certains entre 2 copies de bac, salariés du privé, retraités, militants des droits humains, citoyens engagés pour l'accueil des migrants...se retrouvèrent ainsi devant la gare pour dire à Macron ce qu'ils pensaient de sa politique

Pour ce jour de la fête de la musique, c'est un véritable spectacle son et lumière qui fut offert au président des riches : fumigènes, pétards, sifflets et autres instruments, même les coups de sifflets puissants des motrices des 4 trains à quai, dont le TGV pour Paris, qui furent actionnés au début du discours de Macron par des cheminots et que l'on entendit jusqu'au chapiteau présidentiel.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.