Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Hôpital Charcot à Caudan. « Des patients sont là depuis plus d’un an » / Ouest-France. 28 juin 2018

 

Les représentants de la CGT Charcot n'excluent pas de mener une action pour soutenir leurs collègues de l'Unité d'hospitalisation d'enfants et adolescents.

 

Le personnel de l’Unité d’hospitalisation d’enfants et adolescents de l’hôpital Charcot (Caudan) est à bout. Et a le sentiment de ne plus répondre aux besoins des patients. La direction ne nie pas la situation. Elle a décidé de geler trois des huit lits d’hospitalisation et de suspendre toute hospitalisation durant 15 jours.

« Aujourd’hui, sur les seize agents qui composent l’Unité d’hospitalisation d’enfants et d’adolescents (UHEA - 8 lits d’admission - une unité qui dépend du pôle de pédo-psychiatrie), dix sont en arrêt de travail. Et quand on dit arrêt, on est à la limite du burn-out », dénonce la CGT de l’Etablissement public de santé mentale Charcot.

"Moments de crise"

Le syndicat assure que « depuis deux ans, la situation n’a fait qu’empirer ». L’UHEA accueille des enfants et ados âgés de 8 à 16 ans, « dans des moments de crise ».

Le personnel travaille en partenariat avec la Maison des adolescents, les services idoines du Groupement hospitalier Bretagne Sud et d’autres acteurs du médico-social. Leurs missions ? « Gérer la crise, apporter une expertise soignante et mettre en place une démarche de sortie du jeune patient. »

Souffrance et violence

Et c’est précisément là que le bât blesse. « Il y a des restrictions budgétaires, pointe la CGT. A Charcot, mais aussi dans les structures partenaires. Résultat, faute de places dans ces établissements, on garde plus longtemps des patients dont la situation clinique ne relève plus de l’UHEA. Certains sont là depuis plus d’un an !… C’est contraire au projet de soins. »

"Une prise en charge complexe"

Denis Martin, le directeur de l’hôpital Charcot, ne nie en rien la situation à l’UHEA. « Cela se joue sur 2-3 enfants, explique-t-il, mais sur une petite unité, c’est important. Nous vivons une situation difficile, liée à une prise en charge de plus en plus complexe d’enfants et d’adolescents, et d’arrêts de travail que le budget de l’établissement ne permet de remplacer que très partiellement. »

Trois lits gelés, admissions suspendues provisoirement

La direction de l’EPSM a décidé de geler trois des huit lits de l’UHEA, et de suspendre également toute admission durant quinze jours. « J’en ai informé l’Agence régionale de santé, ainsi que nos partenaires, précise Denis Martin. Nous réévaluerons la situation à ce moment-là. »

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.