Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Hôpital psychiatrique à Caudan (Morbihan). A Charcot, « le personnel s’épuise » / Ouest-France. 6 juillet 2018

 

En 2017, 230 groupes thérapeutiques pour enfants et adolescents et 417 prises en charge individuelles ont été annulés au pôle de pédopsychiatrie (0-12 ans) de l’hôpital Charcot.

Après la CGT, c’est au tour des cadres d’alerter sur la situation de la pédopsychiatrie à l’Etablissement public de santé mentale Charcot (Caudan). « Au bord du gouffre », s’alarment-ils.

Des arrêts de travail en nombre, du personnel épuisé et rappelé sur ses jours de congé, des prises en charge annulées, des conditions de travail qui se dégradent…

La pédopsychiatrie de l’Etablissement public de santé mentale Charcot (Caudan) fait face à de grosses difficultés depuis plusieurs mois.

Après la CGT, les cadres…

« Je ne peux pas être garant de ça », se désole le docteur Philippe Houang, chef du pôle de la pédopsychiatrie et président de la Commission médicale d’établissement.

Pas de places en médico-social

La CGT dénonçait il y a une semaine la même situation (Ouest-France du mercredi 27 juin) : faute de places dans les structures médico-sociales, de jeunes patients restent plus longtemps hospitalisés en psychiatrie.

Admissions suspendues

Ce contexte tendu est connu de l’Agence régionale de santé, et bien sûr de la direction de Charcot. Denis Martin, le directeur, indiquait d’ailleurs dans nos colonnes le gel de trois des huit lits de l’Unité d’hospitalisation des enfants et adolescents, et la suspension de toute admission durant quinze jours.

Impact sur les patients

« On réévalue tout cela la semaine prochaine, précise le Dr Houang. Toutefois, le problème dépasse la direction de Charcot. Il est la conséquence d’une politique générale de santé. La psychiatrie est sacrifiée depuis cinq ans."

Le médecin poursuit : "Notre budget est aussi en diminution ; l’établissement affiche un déficit structurel de l’ordre de 800 000 €. Le dispositif de soins est figé, idem pour les investissements, alors que nos bâtiments deviennent obsolètes. Nos actes baissent, alors que nous faisons face à une hausse des demandes de soins. Tout cela a évidemment un impact sur les patients… Quel est le sens de notre travail ? »

"On colmate"

A Charcot, la pédopsychiatrie emploie environ 150 personnes et sept médecins. Ses difficultés impactent l’ensemble de l’hôpital, puisqu’il est fait régulièrement appel au personnel du secteur adultes pour pallier les arrêts de travail.

« On colmate, mais nous ne sommes pas dans la qualité des soins », déplore Caroline Colliaux, cadre supérieure de santé.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.