Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Quimper. Arrivé de Tchétchénie, il est renvoyé… en Italie ! / Ouest-France. 31 octobre 2018

 

Habitant Quimper, Rassoul n’a jamais mis les pieds en Italie. Mais il y est renvoyé pour des raisons réglementaires. Droit d’Asile s’y oppose.

C’est la panique, chez Droit d’Asile Quimper Cornouaille. Rassoul, 22 ans, un petit protégé de l’association qui vit à Quimper (Finistère), a reçu hier son billet d’avion pour l’Italie. Date de l’embarquement pour Naples : 31 octobre. Or, Rassoul n’est pas Italien. Il n’a jamais mis le pied dans la Botte.

Car il a demandé un visa dans une ambassade italienne

Lorsqu’il a fui son pays, la Tchétchénie, il a fait une demande de visa pour l’Europe dans l’ambassade d’Italie en Russie. C’est là-bas qu’il a déposé ses empreintes, enregistrées dans le fichier européen. Et, selon le règlement Dublin III, c’est donc dans ce pays qu’il doit faire sa demande d’asile.

« Deux jours, c’est très compliqué pour mobiliser les troupes ! s’alarme Droit d’Asile.  Pourtant, connaissant la politique migratoire de l’Italie, Rassoul a tous les risques de voir sa demande d’asile refusée et d’être renvoyé en Tchétchénie. »

Or, il risquerait là-bas l’emprisonnement, ou pire : selon son témoignage, son père et son grand frère ont été arrêtés par la police, dans cette république membre de la fédération de Russie où règne d’une main sanglante le président Ramzan Kadyrov. Tous deux auraient été torturés, dans la même pièce. Le père aurait été tué, le frère relâché. Mais, menacé de mort par la police, il a été contraint de fuir. Il est arrivé en France en 2011 et a obtenu le droit d’asile en 2013.

« C’est à son petit frère qu’ils s’en sont alors pris », relate une militante de Droit d’Asile. Caché, Rassoul décide alors de fuir à son tour. Il arrive en France en décembre 2017 et dépose une demande d’asile à Rennes.  « En Italie, il n’a personne. C’est un homme fragile de par l’histoire très lourde qu’il porte sur ses épaules. »  Contactée, la préfecture du Finistère indique ne pas communiquer sur les situations individuelles.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.