Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Soutien de la section PCF au rassemblement du 14 décembre à Quimper

La section du pays de Quimper du PCF appelle à participer nombreux au rassemblement qui aura lieu à Quimper devant la préfecture ce vendredi 14 décembre à midi à l’initiative de la CGT rejointe par d'autres syndicats.

Les annonces d'Emmanuel Macron ne font pas le compte !

La vraie-fausse augmentation du SMIC, véritable tour de passe-passe mijoté dans l’entourage présidentiel, ne répond en rien à l’exigence d’augmentation du pouvoir d’achat portée par les mouvements sociaux, qu’il s’agisse des mobilisations de salariés et de retraités avec leurs syndicats ou du mouvement des gilets jaunes.

Car le SMIC n’augmentera pas de 100 € mais sera juste revalorisé au minimum prévu par les textes au 1er janvier, les 3 / 4 restant provenant d’une simple anticipation des augmentations prévues sur les années 2019 à 2021 de la prime d’activité versée par les caisses d’allocations familiales !

Tous les salariés au SMIC ou en-dessous ne toucheront pas cette prime.

Rien pour les privés d’emploi. Rien pour le point d’indice des fonctionnaires.

Et si l’annulation de la hausse de la CSG pour une partie des retraités qui y étaient soumis est un recul du président devant la colère qui s’exprime, la non-indexation des retraites sur la hausse du coût de la vie se traduira de fait par une nouvelle baisse du pouvoir d’achat des pensions.

Ce qu'il faudrait c'est une augmentation de l'ensemble des salaires, retraites, minima sociaux, avec 200 € net dès le 1er janvier pour le SMIC.

Car il y a de l'argent pour cela : 45 milliards d'euros l'an dernier de dividendes financiers versés aux actionnaires ; 80 milliards d'euros détournés chaque année des caisses publiques par l'évasion fiscale.

Au contraire Macron confirme ses cadeaux aux très riches et aux multinationales: refus obstiné de rétablir l’impôt sur la fortune, pas question de toucher aux dividendes financiers, aucune action réelle contre l'évasion fiscale.

Et les nouvelles baisses des cotisations sociales dont vont bénéficier les grandes entreprises se feront au détriment du financement de la santé et des retraites.
 

S’il ne répond pas aux attentes du monde du travail, Macron n'est pas plus à l'écoute de la jeunesse. Il persiste au contraire dans ses réformes qui accentuent le tri social dans l'accès à l'éducation, au lycée comme à l'Université, et répond au mouvement des jeunes lycéens et étudiants par une répression brutale.

 

Au-delà des revendications portées par les uns et les autres, ce qui s'affirme c'est le rejet d'un système où la concentration du pouvoir et des richesses entre les mains d’un tout petit nombre produit toujours plus d'inégalités, d'insécurité, de précarité, de mal-vivre au quotidien pour le plus grand nombre.

Le rejet d'une politique de classe !
 

Travaillons toutes et tous ensemble à l’émergence d’une société de mise en commun, de partage, d’égalité, de justice sociale, de démocratie, une société de progrès social et écologique, de l’humain d’abord.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.