Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Littérature. Une nouvelle sur l’exode au Guilvinec . Le Télégramme. 16 janvier 2019

Dans ces sombres années de la guerre d'Espagne, de 1937 jusqu'à la Retirada en 1939, de nombreux réfugiés espagnols ont été accueillis dans le Finistère, 1800 dès 1937, dont un grand nombre d'enfants, entre autres à Brest, et dans les ports du Sud-Finistère : Audierne-Plouhinec, Loctudy, Le Guilvinec...grâce à la solidarité de la population. La CGT et le parti communiste, notamment dans ses mairies comme celle du Guilvinec, se sont fortement investis dans cet accueil.

 

A Quimper par exemple il y a dans les archives de la ville une lettre d'un responsable de la section PCF qui s'adressait en février 39 à la mairie pour organiser la solidarité matérielle aux réfugiés. Elle était signée Louis Poirier, futur Julien Gracq; jeune agrégé de géographie, il enseignait alors au lycée La Tour d'Auvergne, et était membre du secrétariat de la section communiste de Quimper.

********************

 

À la fin du mois, Alain Mila publie « Une enfance retrouvée », aux éditions du Panthéon, une nouvelle qui se déroule en partie au Guilvinec. Cette nouvelle met en exergue une période sombre de l’histoire : la Retirada, le mouvement migratoire massif consécutif à la guerre d’Espagne, intervenu à l’hiver 1939. La nouvelle illustre aussi l’hospitalité de certaines communes, dont Le Guilvinec. Le jeune Albert fuyant les bombardements franquistes n’avait pas 8 ans lorsqu’il y a 80 ans, précisément, en ce mois glacial de février 1939, il passa à pied les Pyrénées lors de cet exode. La municipalité du Guilvinec, impressionnée par ce drame humain, fut volontaire pour accueillir une cinquantaine de ces réfugiés qui, après un éprouvant périple, rejoignirent le port de pêche du Finistère. Albert y retrouva la joie de vivre, grâce à l’humanisme d’Amédée et Gaby Biguais qui l’accueillirent à bras ouverts avec sa mère, son frère et sa sœur et qui leur offrirent une vie digne dans leur exil.
Les droits d’auteur de cette nouvelle seront intégralement reversés par Alain Mila à la Station de sauvetage en mer (SNSM) du Guilvinec-Treffiagat-Léchiagat.
L’auteur, enseignant, avocat de formation, est né dans le Tarn en 1966. Ses quatre grands-parents étaient républicains espagnols. Il a publié en fin d’année, aux mêmes éditions, un « Voyage éloquent au cœur de l’enseignement catholique ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.