Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Pour les emplois de la filière avicole :

MANIFESTONS

vendredi 2 août à 10h30

place de la Résistance à Quimper

 

La section du PCF et les élus communistes du pays de Quimper appellent les salariés et la population à  se joindre à la manifestation qui aura lieu le vendredi 2 août à 10h30 place de la Résistance à Quimper à l’initiative de la CGT des entreprises Doux et Tilly-Sabco pour défendre la filière avicole et les 4000 emplois directs qui en découlent.

La décision brutale de la Commission de Bruxelles de mettre fin totalement et par anticipation aux restitutions à l’exportation des poulets fragilise encore plus une filière déjà mal en point et ce sont une nouvelle fois les salariés de ce secteur et les éleveurs qui vont en subir les conséquences.

Cette décision de la Commission de Bruxelles ne s’inscrit pas dans une démarche vertueuse de réorientation des politiques agricoles vers une agriculture durable et de qualité plus favorable aux salariés, aux paysans, aux consommateurs et aux territoires, ce qui supposerait une transition et un accompagnement pour protéger salariés et éleveurs.

En réalité, elle reste dictée par le dogme de la « concurrence libre et non faussée » et l’objectif de  marchandisation de toutes les activités humaines.

Contrairement aux dirigeants des sociétés du secteur avicole qui ont largement profité, comme Doux, des aides publiques au service de leur stratégie désastreuse, les salariés et les éleveurs de cette filière ne sont pas responsables de la crise et n’ont pas aujourd’hui à en payer la note.

Les pouvoirs publics, qui depuis des années ont laissé faire les patrons de ces groupes jusqu’à la catastrophe actuelle, sans exiger aucun contrôle de l’utilisation des fonds publics, doivent d’urgence reprendre la main pour, dans l’immédiat, soutenir les activités et sauvegarder les milliers d’emplois menacés, et, au-delà, engager la reconstruction d’une filière avicole durable et de qualité.

C’est possible, c’est nécessaire dans un pays qui importe 40 % de sa consommation de volailles.

Le gouvernement a les moyens d’agir s’il en a la volonté politique.

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.