Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

8 mars : des droits à défendre et à conquérir

Cela fait plus d'un siècle qu'eut lieu la 1ère « journée internationale des femmes », journée de lutte pour les droits des femmes initiée par Clara Zetkin, militante révolutionnaire et féministe allemande.

Et il y aura 70 ans cette année que l'ordonnance d'avril 1944 permit aux femmes françaises d'être électrices et éligibles, avec beaucoup de retard sur la plupart des pays d'Europe, et bien d'autres aussi: l'égalité politique avait été proclamée en Turquie en 1934.

 

Et pourtant l'égalité est encore à conquérir.

Les acquis comme le droit à la contraception et à l'IVG restent fragiles, y compris en France.

Les inégalités de salaires et de revenus entre les hommes et les femmes persistent. La pauvreté, la précarité, les bas salaires, les temps partiels imposés, les horaires flexibles, les petites retraites concernent majoritairement les femmes, et ce sont les premières touchées par les réformes régressives comme celle des retraites.

L'accès aux responsabilités, y compris publiques, est plus ardu pour elles, et si la loi sur la parité impose un nombre égal de femmes et d'hommes sur les listes municipales des communes de plus de 1000 habitants, bien peu seront maires ou accèderont à certaines fonctions habituellement dévolues aux hommes.

Quant aux femmes issues des milieux populaires, elles subissent une double peine et sont encore moins présentes dans les responsabilités électives.

L'exemple de Joséphine Pencalet, engagée dans les luttes des sardinières de Douarnenez en 1924 et élue aux municipales de 1925 sur la liste présentée par le parti communiste, avant que son élection ne fut cassée, est resté bien trop isolé.

Et pourtant les femmes ont été et sont présentes dans toutes les luttes pour le progrès social et politique : révolution de 1789, Commune de 1871, grèves et mouvements sociaux de 1936 à aujourd'hui.

Comme dans la Résistance pour la Libération de notre pays.

Et si l'on peut se réjouir que deux résistantes entrent au Panthéon, bien d'autres y auraient légitimement figuré, comme Marie-Claude Vaillant-Couturier, résistante, déportée, qui fut la seule femme témoin au procès de Nuremberg, et par la suite députée communiste et vice-présidente de l'Assemblée nationale.

 

Le combat pour les droits des femmes, en France comme ailleurs, est inséparable des luttes pour l'émancipation humaine car il fait avancer toute notre société. Il nous concerne toutes et tous.

 

Comme l'écrivait Aragon, « la femme est l'avenir de l'homme ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.