Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Plan transports à Quimper : la droite au pied du mur

Le plan transports a été l’un des facteurs de la défaite de la gauche aux élections municipales à Quimper.

Malgré toutes les informations et explications apportées lors des multiples réunions, conférences, débats et confrontations diverses organisés pendant plusieurs mois dans la ville, nous n’avons pas su innover et trouver de nouvelles formes démocratiques pour mieux associer la population à la réflexion et aux décisions sur cette question essentielle au mieux-vivre de tous, habitants et salariés.

Il a été d’autant plus difficile d’engager avec les Quimpérois le dialogue approfondi et constructif nécessaire que le débat a été fortement hypothéqué par la droite et l’extrême-droite qui ont grossièrement caricaturé et défiguré le projet dans son contenu et ses modalités.

Il n’en reste pas moins que les Quimpérois ont clairement fait savoir qu’ils n’en voulaient pas.

Il faut accepter en ce domaine leur volonté. C’est le jeu de la démocratie.

Errare humanum est,  perseverare diabolicum…dont acte !

Cependant un plan transports faisant une large place aux déplacements collectifs et répondant aux besoins et attentes de la population, aux impératifs de santé et d’environnement, s’inscrivant  dans la modernité et dans la durée, est indispensable.

Il faut apporter des réponses aux problèmes des transports publics, de la circulation et du stationnement dans notre ville.

La droite est au pied du mur.

C’est à la faveur des désillusions et du désarroi provoqués par la politique du gouvernement qu’elle a gagné par défaut ces élections municipales, et non sur ses propositions, floues et contradictoires, pour ne pas dire incohérentes, particulièrement en matière de transports.

N’oublions pas d’ailleurs que ses représentants avaient voté au conseil communautaire il y a quelques mois les 2 délibérations essentielles à la mise en œuvre du plan transports de la gauche : les financements et l’attribution des marchés publics, qu’ils viennent de faire annuler, ce qui aura des conséquences sur les entreprises locales et l’emploi à Quimper.

La politique de la terre brûlée consistant à jeter aux orties et à vouer aux gémonies tout le travail d’analyse et d’anticipation des besoins réalisé ces dernières années par les élus, les services municipaux et les ingénieurs spécialisés, n’est qu’un rideau de fumée visant à essayer de camoufler l’absence de réflexion et de projet de la droite quimpéroise, incapable de prendre à bras le corps cette question récurrente dans notre ville.

Du Braden à Kermoysan, de Créach-Gwen à Kervouyec, du Corniguel au Petit Guelen, entre autres, ce sont tous les Quimpérois qui attendent des réponses, qui veulent des actes, du concret.

 Les premières décisions de la droite, notamment la réduction de la période de circulation des navettes estivales, et les menaces qui pèsent sur le service des bus pendant les vacances scolaires augurent bien mal de la suite.

L’élu communiste que je suis sera particulièrement vigilant et exigeant sur la question du maintien et de l’amélioration des services à la population et s’opposera fermement à toute décision qui porterait atteinte à la qualité de ces services ou renchérirait leur coût pour les usagers.

                                                  Piero Rainero, conseiller municipal PCF de Quimper

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.