Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Du bon usage de l'argent public.

Sur proposition de Ludovic Jolivet, maire UMP de Quimper et président du Conseil Communautaire, celui-ci vient d'accorder une prime de près de 25 000 euros par an, en plus de son salaire, au nouveau directeur général des services de la ville et de Quimper-Communauté.

Cette décision est particulièrement indécente alors que la population subit durement les effets des politiques d'austérité et que plus de 10 000 personnes vivent dans notre ville avec moins de 900 euros par mois.

Elle intervient dans le moment même où la majorité municipale de droite détricote le tissu social et le vivre- ensemble, amputant fortement, voire supprimant, les subventions précédemment perçues par plusieurs associations culturelles et humanitaires de la ville, et montre ainsi le caractère ultralibéral de ses choix politiques.

C'est encore plus choquant quand on sait que le bénéficiaire de cette prime considérable, recruté par la droite pour mettre en œuvre un budget de super-austérité à Quimper, n'hésite pas à se faire l'apôtre de la rigueur dans la gestion des finances locales et invoque la nécessité de « contenir les déficits publics » et de « réguler la masse salariale ».

Ce qui se traduit déjà par un plan de suppression de plusieurs dizaines de postes dans le personnel municipal et conduira nécessairement à l'amputation des services à la population.

Chacun l'aura compris : l'austérité c'est pour les autres, et les primes exceptionnelles, c'est pour lui.

Ludovic Jolivet, qui se considère sans doute investi d'un pouvoir de droit divin, a cru mettre un terme à cette affaire en déclarant brutalement au conseil communautaire : « c'est moi qui décide ».

Il ne peut continuer à botter en touche.

Nous demandons au maire de Quimper de choisir la transparence et de rendre public le montant exact de la somme exceptionnelle dont devrait bénéficier le directeur général des services ainsi que la totalité des émoluments mensuels et des avantages qu'il perçoit. Il s'agit d'argent public, de celui des Quimpérois qui ont droit à la vérité.

Nous lui demandons également de prendre les dispositions réglementaires pour revenir sur cette décision qui a été votée dans le flou le plus total par le Conseil Communautaire.

Et nous nous permettons une suggestion quant à l'utilisation des sommes ainsi « libérées » : les affecter aux Restos du Cœur, au Secours Populaire et au Secours Catholique. Ils sauront en faire bon usage.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.