Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 

21 Mai18:00
au
21 Mai18:30
 

Jeudi 21 mai à 18h le piquet de solidarité avec le peuple palestien organisé par le groupe du pays de Cornouaille de l'AFPS sera consacré aux victimes de la Nakba, la Catastrophe, qui provoqua en 1948 l'exil de 750 000 Palestiniens.

Des survivants de cette catastrophe, ou leurs descendants, gardent encore précieusement dans les camps de réfugiés où ils sont contraints de vivre la clé de leur maison familiale dans leur village aujourd'hui détruit.

Sur la photo ci-contre, gravée à l'entrée du camp de réfugiés palestiniens de Dheisheh près de Bethléem, la résolution 194 adoptée le 11 décembre 1948 par l'Assemblée des Nations Unies qui affirmait le droit au retour des réfugiés palestiniens et déclarait «  qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements ou autorités responsables.  »

Résolution jamais appliquée, comme toutes les autres, par les gouvernements israéliens...

 

Ci-dessous le communiqué de l'AFPS ( groupe du pays de Cornouaille )

N’oublions pas la Nakba !

 

Le Groupe du Pays de Cornouaille de l’Association France-Palestine Solidarité rappelle que les Palestiniens ont commémoré, le 15 mai dernier, l’anniversaire de la Nakba (la Catastrophe). En effet, il y a 67 ans, 750.000 Palestiniens ont été forcés de fuir et sont devenus des réfugiés. Ces expulsions ont été longtemps présentées comme une conséquence de la première guerre israélo-arabe, commencée au lendemain de la proclamation de l’Etat d’Israël, le 14 mai 1948. En fait, elles ont débuté en décembre 1947 et lors de la création d’Israël les 2/3 des réfugiés palestiniens avaient déjà été chassés de chez eux. Cela a constitué, selon un historien israélien, un “nettoyage ethnique de la Palestine”, qui se poursuit aujourd’hui au détriment des Bédouins d’Israël, des habitants de Jérusalem-Est et des paysans de Cisjordanie. C’est aux victimes de la Nakba que le groupe de l’AFPS dédie son prochain piquet de la solidarité avec le peuple palestinien, le jeudi 21 mai, à 18 h, Rue Kéréon à Quimper