Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Asile ! C’est un droit ! Solidarité avec les réfugiés !

Mardi 15 septembre à 18h, sous un véritable déluge, une centaine de personnes se sont rassemblées à l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme devant la mairie de Quimper pour le respect des droits humains et un accueil digne des réfugiés dans tous les pays d'Europe, et notamment en France.

Cette initiative faisait suite à d'autres rassemblements et interpellations des pouvoirs publics de ces derniers mois.

Le président de la section quimpéroise de la LDH, Stéphane Blondin, a lu l'appel national unitaire signé par des syndicats, des associations :

Nous, citoyennes et citoyens d’Europe, sommes de la même humanité que ces femmes, ces hommes et ces enfants qui fuient la guerre et la misère pour ne pas mourir. Comme eux, nous avons des enfants, nous travaillons, nous aspirons au bonheur et nous savons les efforts nécessaires pour construire nos vies dans un monde où la loi du plus fort est toujours en vigueur. Le sort que l’Europe, celle qui a connu tant de guerres, qui a envoyé tant de réfugiés sur les routes, leur réserve nous révolte.

L’Europe ne peut proclamer que ses valeurs reposent sur les droits de l’Homme et traiter ces réfugiés comme des envahisseurs, compatir à leur sort et faire si peu, se les rejeter comme des marchandises illégales. Or, force est de constater que même la directive sur l’afflux massif de réfugiés, bien loin de ce qu’exige la situation dramatique actuelle, n’a pas été mise en œuvre.

Le destin de ces réfugiés, de ces migrants, c’est notre destin et notre avenir. En niant leur droit à l’asile, c’est notre propre avenir que nous mettons en péril tant nous aurons, tôt ou tard, à rendre compte de notre aveuglement et de celui de nombre de nos gouvernants.

Déjà en partie responsable des événements qui poussent sur les routes de l’exil tant de personnes, que restera-t-il de la crédibilité de l’Europe et de la France si nous refusons de les accueillir ?

Nous n’admettons pas, en tant que citoyens européens et français, le déni d’humanité qui est en train de se produire.

En France, nous exigeons du gouvernement qu’il appuie sans équivoque un accueil de ces réfugiés dans tous les pays de l’Union européenne.

Nous lui demandons de prendre toute sa part, ici en France, de cet accueil, et donc d’accroître considérablement les moyens mis en oeuvre.

Nous appelons toute la société civile à se mobiliser pour appuyer cette exigence et pour apporter l’aide et l’assistance nécessaire.

Nous appelons tous les hommes et femmes de bonne volonté à combattre ces discours indignes qui refusent à ces hommes, ces femmes et ces enfants leurs droits élémentaires d’êtres humains.

Ensemble, nous demandons :

  • que tous les réfugiés soient accueillis dans des conditions respectueuses de leur dignité ;

  • une suspension des accords de Dublin et leur révision ;

  • l’organisation d’un grand débat public sur la question des réfugiés.

Ensemble, nous pouvons faire que l’intolérable cesse.

=============================================

 

Les communistes, qui participaient à cette initiative unitaire, lancent un appel à se mobiliser pour la paix et la solidarité avec tous les réfugiés et migrants :

Face au drame de centaines de milliers de réfugiés et migrants qui fuient la guerre, le chaos, et la misère, notre colère et notre émotion sont immenses. Pour les communistes, la première des urgences est sans tergiverser la solidarité et le devoir d’accueil, sans discrimination, des réfugiés et des migrants. Aujourd’hui enfin, grâce à l’engagement citoyen devant l’insoutenable, les verrous de l'égoïsme sont en train de sauter. Nous saluons toutes celles et tous ceux qui en sont les artisans. Le temps a été trop long, il a coûté trop cher en vies humaines : 29 000 morts en 10 ans en Méditerranée et aux portes de l’Europe.

À l’heure où le président de la République, François Hollande, engage l’armée française en Syrie, nous devons nous interroger : la poursuite de cette stratégie, en dehors de tout mandat de l’ONU, peut-elle amener la paix au peuple syrien et au Proche et Moyen-Orient ?

Des solutions de paix existent : elles passent, dans l’immédiat, par accueillir en France plus de réfugiés que les seuls 24 000 en 2 ans annoncés ; et par un engagement ferme dans un processus de résolution de la crise syrienne et de transition démocratique.

Depuis le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, notre pays a abandonné toute politique extérieure indépendante laissant la main à l’OTAN qui fait fi des principes d’égalité entre peuples et entre nations, de solutions concertées et négociées, et de prévention des conflits. La France doit aujourd’hui s’extraire de l’organisation atlantiste.

Le monde, l’humanité, a besoin d’un changement complet des logiques de puissances, de domination et d’exploitation qui pèsent sur les relations internationales.

 

MESURES D'URGENCE

 

1 - Aide d'urgence aux réfugiés et aux migrants

 

respecter la convention de Genève sur les réfugiés et mettre aux normes du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU des centres d'accueil par le doublement de leurs capacités
• mettre en place des dispositifs de soutien médico-social, des parcours d'insertion professionnelle et de scolarisation des enfants, garantir les droits de l'homme, de la femme, et de l'enfant.

 

2 - Refonte des politiques migratoires et des visas en France et en Europe

 

abrogation des règlements Dublin ;
• régularisation des sans papiers.

 

3 - Sous l'égide de l'ONU

 

mettre en place un plan international solidaire de lutte contre les inégalités sociales et économiques
• relancer l'aide publique au développement avec le respect des promesses la portant à 0,7 % du PIB et monter progressivement cette aide à 1 %
• promouvoir l'abolition de l'arme nucléaire et la dénucléarisation du Moyen-Orient et de l'Europe.

 

4 - Plan de paix au Moyen Orient

 

s'engager résolument dans les initiatives diplomatiques de l'ONU pour la résolution politique des conflits en Syrie et en Irak ;
• s'engager dans la lutte pour le démantèlement des filières du djihadisme en agissant contre les États et personnalités qui leur apportent des soutiens financiers, humains et matériels.

 

DES MOYENS POUR SOUTENIR LE RÉSEAU DES VILLES SOLIDAIRES

 

Stopper les mesures d'austérité qui frappent les budgets publics des collectivités locales qui représentent une coupe de 7 milliards d'euros en 2016 et 2017
• Engager un plan d'aide et d'accueil d'ampleur de 4 milliards d'euros dont au moins 2 milliards pour les collectivités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.