Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Non à la suppression des liaisons intercités Quimper-Nantes et Quimper-Bordeaux !

 

La suppression prochaine par la SNCF des trains Intercités Quimper-Nantes, et donc Quimper-Bordeaux, déjà prévue dans les préconisations du rapport Duron, est une nouvelle dégradation du service public au détriment des usagers.

Ceux-ci n'auraient comme alternative que de payer beaucoup plus cher des trajets plus longs, avec plusieurs correspondances, et même de passer par Paris pour se rendre de Quimper à Bordeaux !

Cette décision de la SNCF marque un recul de l'aménagement équilibré des territoires.

« Trains d'équilibre du territoire » tel est d'ailleurs le nom qui avait été donné aux trains Intercités, victimes du désengagement de l'État et de la stratégie de la direction de la SNCF, qui s'inscrit de plus en plus dans une logique financière digne des grands groupes privés.

La régression ainsi programmée du transport public ferroviaire est une opportunité pour les sociétés privées d'autocars à qui la loi Macron a ouvert la possibilité de concurrencer le rail par la route.

Ces choix ultralibéraux vont à l'encontre d'une politique de développement durable, alors même que la France s'apprête à accueillir la COP 21, et ne tiennent compte ni des exigences de santé publique ni de sécurité, pas plus que du coût réel du transport par route supporté par la collectivité.

Le transport ferroviaire, qu'il s'agisse des voyageurs ou du fret, est un choix d'avenir.

S'il est très menacé actuellement, c'est que l'État n'assume pas ses responsabilités : en France, il ne finance le rail qu'à hauteur de 32 %, contre 50 % en Allemagne ou 90 % en Suède.

Pourtant les moyens existent d'une autre politique.

Les 40 milliards d'euros de cadeaux du gouvernement aux grandes entreprises sans contrepartie en témoignent, comme la hausse de 34 % des profits des sociétés du CAC 40 au 1er semestre.

Mais l'argent public sert à accroître la rente financière, au lieu d'aller aux investissements utiles.

Il faut en finir avec cette politique.

Il faut sortir des logiques d'austérité et de concurrence qui aboutissent partout à amputer les services publics, à porter atteinte aux droits des usagers, à l'égalité des territoires, à dégrader le climat.

Les communistes exigent le rétablissement des liaisons supprimées, et plus généralement la mise en œuvre d'un grand service public ferroviaire, à la hauteur des besoins de la population et du pays, accessible à tous par ses tarifs, et irriguant nos territoires.

Communiqué de la section du PCF du pays de Quimper, le 1er octobre 2015

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.