Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Travail du dimanche dans les hypermarchés de Quimper: la CGT appelle les consommateurs au boycott.

Article du Télégramme du 11 décembre 2015 (Bruno Salaün)

La CGT des hypermarchés Carrefour et Géant appelle les consommateurs à boycotter les grandes surfaces ouvertes les dimanches 13 et 20 décembre ainsi que le 10 janvier. Trois dates autorisées par la Ville.

« On voudrait que les gens qui vont pousser la porte de nos magasins les dimanches 13 et 20 décembre ou le 10 janvier se posent la question de savoir quelle attitude ils adopteraient s'ils étaient amenés à travailler les dimanches », interpelle Sabine Le Gall, déléguée CGT chez Géant (148 salariés). Dans l'immédiat, « nous appelons les consommateurs à boycotter nos grandes surfaces ces trois jours-là, les gens ont le temps de faire leurs courses à d'autres moments », soutient Michelle Laurent, déléguée CGT chez Carrefour (248 salariés).

« Beaucoup sont coincés »

Ces trois dimanches, pour lesquels la Ville a autorisé l'ouverture des commerces, les salariés des hypermarchés iront théoriquement travailler sur la base du volontariat. « En réalité, beaucoup sont un peu coincés car, chez nous, ils seront payés à 300 %. Cet attrait financier n'est pas neutre pour des employés qui ont des petits salaires », commente Michelle Laurent. Chez Géant, « l'incitation n'est pas la même puisque la convention prévoit de rémunérer à 100 % plus un jour de repos compensatoire », précise Sabine Le Gall. « Quand on est payé 990 € par mois, un coup de pouce d'environ 200 €, ce n'est pas négligeable, évidemment », ajoute une autre salariée de grande surface mobilisée sur le sujet. Ces prochains dimanches, le Géant sera ouvert de 10 h à 19 h et le Carrefour de 9 h à 19 h. « Avant, on n'était ouvert que le dimanche matin quand le jour de Noël tombait un lundi », fait remarquer une salariée CGT du Géant. Avec la loi Macron, qui porte les possibilités d'ouverture à douze dimanches par an, au lieu de cinq actuellement, « on craint une dérive, notre direction demande neuf dimanches d'ouverture pour 2016 et, si c'est autorisé, les autres hypermarchés et supermarchés suivront », signale la déléguée de chez Carrefour. « Si on passe à neuf dimanches, le sujet sera sûrement revu lors des négociations annuelles obligatoires, on ne va sans doute pas rester à 300 % de salaire, car le coût sera jugé trop important par l'entreprise », redoute une autre salariée. Pour l'heure, la municipalité quimpéroise a retenu trois dates d'ouverture dominicale des commerces pour 2016 : le 10 janvier donc, puis les 11 et 18 décembre. « Cela ne veut pas dire que cela n'évoluera pas à l'avenir », a prévenu l'élu délégué au commerce, Dominique Scoarnec, dans Le Télégramme du 2 décembre.

« Pas convaincus de l'effet »

« Nous ne sommes d'ailleurs pas du tout convaincus que l'autorisation aura un effet positif pour les commerces de centre-ville, comme l'espère la municipalité, dans la mesure où nos grandes surfaces et galeries marchandes seront ouvertes et qu'elles vont attirer le gros des chalands », se disent, sceptiques, les militantes CGT. Hasard du calendrier, le Conseil national des professions de l'automobile a sollicité auprès de la Ville une dérogation pour que treize établissements quimpérois de vente d'automobiles puissent ouvrir quatre dimanches, en 2016. Les élus quimpérois devaient émettre un avis hier soir.

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.