Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

À Penmarc’h, ils manifestent contre le tir de missile / Ouest-France / le 12 juin 2016

À l’appel du Mouvement pour la Paix, une centaine de personnes ont manifesté pacifiquement, dimanche, près du phare d’Eckmühl.

Une centaine de personnes ont manifesté pacifiquement, dimanche, près du phare d’Eckmühl à Penmarc’h, pour protester contre le tir de missile qui doit avoir lieu, depuis un sous-marin, au large du Pays bigouden, mercredi prochain.

« Ce tir, en violation du Traité de non-prolifération nucléaire, illustre la volonté de la France de s’engager encore plus dans la modernisation de ses armes nucléaires. Il est d’une gravité extrême parce qu’il encourage d’autres puissances à persévérer dans l’escalade nucléaire », a estimé Roland Nivet, porte-parole national du Mouvement de la Paix.

Ouest-France : le 12 juin 2016

 

 

Voir aussi l'article du Télégramme du 13 juin 2016 :

 

Penmarc'h. Rassemblement contre le tir de missile
 

« On vient de vivre en France des attentats qui montrent que les armes nucléaires ne servent à rien », explique Roland Nivet, porte-parole du Mouvement de la Paix. Hier midi, à Penmarc'h, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées à proximité du phare d'Eckmühl pour protester contre le tir de missile M51 prévu, au plus tôt, ce mercredi. « On est là pour informer les gens, pour protester », poursuit Roland Nivet qui considère que « les armes nucléaires amènent de l'insécurité ».

Violation du droit international

Dans sa prise de parole, Roland Nivet a pointé du doigt la « volonté de la France de continuer à moderniser ses armes nucléaires ». Il se réfère notamment aux propos tenus le 3 juin par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, dans l'émission Bibliothèque Médicis, à propos de l'arsenal nucléaire et de son budget. Ce dernier expliquait alors que le budget actuel était de « 3,5 milliards d'euros » et qu'il allait « monter progressivement » en raison du renouvellement des sous-marins lanceurs d'engin de troisième génération. Le ministre précisait alors qu'il allait falloir « adapter nos vecteurs, nos têtes nucléaires » et que, par conséquence, le budget pourrait « monter jusqu'à cinq milliards ». Pour Roland Nivet, cette volonté de la France est en totale contradiction avec le traité de non-prolifération de 1968 (article 6). « On viole le droit international ». Ce rassemblement avait également pour objectif d'apporter des solutions. Cela passera notamment par la publication d'un livre blanc de la Paix auquel travaillent une vingtaine d'associations.

Le Télégramme / 13 juin 2016

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.