Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Non à la fermeture de l'école Jules Ferry !

Communiqué de la section PCF du Pays de Quimper à la suite de l'annonce par le maire LR de Quimper de la fermeture à la rentrée 2017 de l'école Jules Ferry.

 

Ludovic Jolivet et ses amis promettaient aux Quimpérois monts et merveilles lors de la campagne des municipales de 2014. Ils allaient revitaliser et dynamiser Quimper, et particulièrement son centre ville, faire rayonner notre cité partout en France et dans le monde.

En réalité c'est plutôt massacre à la tronçonneuse et volonté de faire disparaître tout ce qui ne s'inscrit pas dans les conceptions utilitaristes et étriquées du maire actuel.

Après le mépris affiché pour Très tôt Théâtre dont les choix de programmation ne convenaient pas à M. Jolivet, après la décision de fermeture du Centre d'Art Contemporain, après les amputations brutales des subventions aux associations, qu'elles travaillent dans le domaine de la solidarité, de la culture, de l'éducation populaire, de l'aide aux consommateurs..., voici l'annonce de la fermeture de l'école Jules Ferry. École de centre ville.

L'école Jules Ferry était l'une des 3 écoles quimpéroises dont Bernard Poignant avait annoncé la fermeture fin 2009. Contrairement à d'autres dont les opinions sont très conjoncturelles, les communistes pourraient reprendre mot pour mot leurs déclarations faites à l'époque. Nous pensons que notre prise de position contre cette fermeture, à côté de la lutte des parents d'élèves, a pesé dans la décision finale d'annuler ce projet.

Comme nous l'avons fait lors de la précédente municipalité, nous demandons l'annulation de la fermeture de l'école Jules Ferry.

L'adjoint en charge aujourd'hui de l'éducation évoque la baisse d'effectifs scolaires sur Quimper dans la dernière décennie, et particulièrement dans le centre ville.

C'est une réalité que personne ne nie.

Mais il faut observer qu'elle frappe plus l'enseignement public que le privé.

Supprimer une école publique dans le centre ville ne va pas « renforcer » le réseau scolaire public, comme le prétend la municipalité, ce qui va être renforcé c'est sans aucun doute l'enseignement privé (que l'adjoint au maire s'oublie parfois à nommer « enseignement libre »). Aucune garantie n'existe quant à d'éventuelles créations de classes dans les écoles publiques voisines pour compenser la fermeture de Jules Ferry qui se traduira par des suppressions de postes d'enseignants. Aucun engagement réel n'est pris non plus pour le personnel municipal.

Les arguments de la majorité municipale ne tiennent pas.

Encore une fois les motifs invoqués semblent être un prétexte, l'essentiel étant ailleurs : choix austéritaires se traduisant par des économies sur les dépenses scolaires et peut-être un projet immobilier privé, puisqu'il est fait référence à un « patrimoine immobilier municipal lourd »...

L'école élémentaire Jules Ferry serait isolée, ne comportant pas de maternelle. Mais si elle disparaît on en conclura que la maternelle des Pommiers l'est aussi...et on proposera alors de la supprimer à son tour !

On évoque la nécessité de « consolider un réseau d'écoles à taille humaine », entendez plus grandes.

Mais les petites structures présentent des atouts, elles permettent un lien fort et riche entre les enseignants, les enfants, les parents. Ils en apportent la démonstration par leur engagement collectif face aux menaces de suppression.

C'est bien cela la taille humaine !

Certes il y a des difficultés à résoudre pour leur modernisation et leur fonctionnement, mais elles peuvent et doivent être surmontées dans la concertation entre toutes les parties prenantes, élus, enseignants et personnels municipaux, parents, Éducation nationale. Il faut une réflexion globale sur l'ensemble des écoles du centre ville, aboutissant aux échanges, coopérations, mutualisations, projets partagés, bénéfiques à tous, permettant de renforcer l'enseignement public sur la ville et de mieux répondre aux attentes des familles.

Concernant le centre ville qui dépérit malgré les annonces à grand fracas de la majorité municipale, et qui de plus est frappé au cœur par des décisions de suppressions d'équipements culturels et scolaires, cela appelle d'urgence une réflexion collective, associant la population, sur l'emploi, le logement, la mixité sociale et générationnelle, les services publics, la culture, les transports, le petit commerce...

Dans l'immédiat il faut annuler la décision de fermeture de l'école Jules Ferry, comme celle qui frappe le Quartier.

Les communistes portent avec force cette exigence avec ceux et celles qui sont attachés à la défense et au développement des services publics.

 

Quimper, le 13 juin 2016

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.