Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Mobilisés même en juillet !

Le gouvernement Hollande-Valls avait misé sur la lassitude des adversaires de la loi El Khomri et sur le début des vacances pour donner l'estocade finale au code du travail, on sait que l'été est favorable aux mauvais coups.

Mais il a sous-estimé l'ampleur du rejet dans l'opinion et dans la rue.

1 million de participants aux votations citoyennes.

70 % de Français, dans un récent sondage, se prononçant pour une renégociation, refusée par Hollande et Valls, ou pour le retrait pur et simple.

Un appel de cadres supérieurs et de dirigeants d'entreprises à renouer le dialogue social.

Les instances de l'ONU qui s'inquiètent du dumping social favorisé par le texte.

Et toujours des manifestants dans les rues ce 5 juillet.

Plus de 45 000 dans le pays, 200 à Quimper pour déposer une motion à la permanence de la députée, avant de défiler vers la préfecture où 80 ballons furent lancés en clin d'oeil aux 80 ans des congés payés de 1936, fruits des luttes du Front Populaire.

Passé renié par ce gouvernement qui, non content de brandir à nouveau le 49-3, a dû travailler au forceps sa propre majorité pour éviter une 2ème fois une motion de censure de gauche.

Succès médiocre et méprisable car s'il a réussi à dissuader 4 élus socialistes de signer à nouveau un texte de censure en les menaçant d'exclusion, 4 autres sont venus rejoindre le camp du refus.

Et, comme l'a dit l'un des signataires, « victoire à la Pyrrhus » car le prix à payer sera lourd pour François Hollande qui n'a pas hésité à fracturer sa propre majorité pour imposer ce texte rejeté par l'opinion publique, par les syndicats, par la jeunesse, par ceux qui l'ont élu.

Le soir même de ce déni de démocratie, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et sénateur, présent au meeting intersyndical contre la loi travail à Paris, exprimait une colère partagée par beaucoup, et déclarait :

« Ainsi, grâce à l'arme anti-démocratique du 49-3, à l'abstention volontaire de la droite, au manque de courage d'une partie des députés socialistes, la loi travail va être adoptée malgré l'opposition majoritaire du pays et l'absence de majorité au parlement. 

Le combat n'est pas terminé. Les parlementaires communistes resteront aux côtés des salariés mobilisés pour mettre en échec ce déni démocratique. 

Je salue les 56 députés Front de gauche, socialistes, écologistes qui ont signé la motion de censure.

Nous serons au rendez-vous de nouvelles mobilisations. »

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.