Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Deux postes non pourvus depuis la rentrée à l'EREA de Quimper (établissement régional d'enseignement adapté) / Le Télégramme / 14 octobre 2016

Les enseignants de l'EREA Louise-Michel de Quimper se sont réunis hier devant l'établissement pour faire part de leur mécontentement. Deux postes d'enseignant ne sont pas pourvus depuis la rentrée dans cet établissement pour élèves en difficulté.

L'Établissement régional d'enseignement adapté (EREA) de Quimper accueille cette année une centaine d'élèves en grandes difficultés scolaires et sociales, de la sixième à la troisième et en CAP. L'internat éducatif de 80 places possède lui aussi un rôle spécifique dans la formation et l'accompagnement des jeunes. L'Erea souffre d'un manque d'enseignants. Vu la fragilité des élèves, la situation est vite difficile à supporter pour l'équipe éducative. Hier, la quasi-totalité des enseignants s'est rassemblée devant les grilles pour dire son mécontentement.

Aucun remplaçant à affecter

« Depuis la rentrée, un poste d'enseignant français-histoire-géographie et un demi-poste d'enseignant éducateur ne sont pas pourvus, détaille Sabrina Manuel, déléguée syndicale SNUIPP. Le premier enseignant est en formation longue, le remplacement aurait donc dû être anticipé. Le problème est qu'il n'y a plus d'enseignants remplaçants disponibles à affecter. Il y a douze postes non pourvus sur tout le département ».

« Il y a des conséquences au quotidien pour les élèves. Déjà l'an passé, des élèves de 5e n'avaient pas eu d'enseignement dans une matière pendant cinq mois. Cette année, ils connaissent la même situation en 4e. Des élèves de 3e perdent aussi des cours alors qu'en fin d'année, un diplôme basé sur la notation en continu doit être délivré ».

« Ouvrir la liste complémentaire »

« Il y a une exaspération des enseignants et des personnels qui doivent répondre aux interrogations des familles. Nous essayons de faire le maximum pour ne pas pénaliser les élèves, mais ce sont des solutions de bric et broc », ajoute une éducatrice. « La solution serait d'ouvrir la liste complémentaire, c'est-à-dire d'intégrer les personnes qui ont eu le concours mais sont sur liste d'attente, le quota de postes étant atteint, estime Sabrina Manuel. Il nous faut les moyens de travailler dans le respect des élèves, des personnels et des objectifs de la loi de 2005 sur les élèves en situation de handicap. Il n'est pas tolérable que les jeunes qui en ont le plus besoin soient pénalisés ». Les enseignants de l'EREA attendent une solution pour la rentrée après les vacances scolaires de la Toussaint. Nous n'avons pu joindre, hier, la Direction de l'Éducation nationale du Finistère.

Ronan Larvor - Le Télégramme

*************************************

Les communistes appuient le mouvement des enseignants et des personnels de l'EREA.

L'Éducation Nationale doit répondre d'urgence à leur demande, d'autant plus qu'elle concerne des jeunes en situation de fragilité sociale et scolaire ou de handicap.

Cet établissement qui porte si justement le nom de Louise Michel, grande figure de la Commune qui avait le souci de développer l'éducation, doit être doté des moyens nécessaires à la réussite de ses élèves. 

Ce qui se passe à l'EREA de Quimper n'est pas un cas isolé.

En dépit de la satisfaction affichée en permanence par la ministre, l'école ne va pas bien dans notre pays, comme le souligne un récent rapport de l'OCDE qui pointe son caractère profondément inégalitaire.

Elle ne porte pas une ambition d'égalité et de réussite pour tous.

Elle discrimine trop souvent ceux qui en ont le plus grand besoin : suppression de classes et d'écoles dans les petites communes rurales et dans les quartiers populaires des villes, non-remplacement des enseignants dans des établissements qui accueillent déjà des jeunes en grande difficulté sociale, manque de moyens spécifiques pour les enfants en difficulté scolaire ou en situation de handicap...

Les créations de postes ne sont pas suffisantes pour remédier à la pénurie d'enseignants.

Bien plus, des postes ne sont pas pourvus faute de candidats.

Le PCF s’engage pour un plan pluri-annuel de recrutement, la relance de la formation initiale et continue des personnels de l’éducation et la création d’un pré-recrutement des enseignants sous statut de la fonction publique, leur permettant une entrée progressive et sécurisée dans la profession.

Il faut revaloriser les salaires et redonner du sens au métier d'enseignant, permettre à chacun-e de faire son travail dans de bonnes conditions, de se former tout au long de sa carrière, pour faire réussir tous les élèves.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.