Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Collectif Quimper CultureS. Le Quartier « s'éteint dans un silence affligeant »/ Le Télégramme/ 22 novembre 2016

Le conseil d'administration du Quartier doit se réunir aujourd'hui pour clore définitivement les comptes du centre d'art. À cette occasion, le Collectif Quimper CultureS a souhaité, dans un communiqué, réaffirmer son attachement à l'histoire de ce lieu, sa colère et sa tristesse de le voir, aujourd'hui, dépecé et fermé par la municipalité. « Le Quartier s'éteint dans un silence affligeant. Vingt-cinq années de travail pour faire découvrir celui d'artistes vivants. Vingt-cinq ans de novations, de soutien à la création, rayés de la carte par la simple volonté d'un maire et de sa première adjointe. Les réactionnaires sont arrivés à leurs fins », estime le collectif. Et d'ajouter : « La décision est implacable, la droite quimpéroise "décomplexée" a réussi à supprimer Le Quartier, dans un silence glacé et une indifférence complice qui fait froid dans le dos. Notre bonne ville est aujourd'hui amputée de l'un de ses pôles culturels les plus novateurs. Une équipe professionnelle est laminée et aujourd'hui au chômage. Un centre culturel jugé trop élitiste, alors qu'il ouvrait grandes les portes aux enfants des écoles, aux ateliers découvertes, est détruit.

Et ce sont encore les publics les plus fragiles qui n'ont pas, naturellement, accès à l'art contemporain, qui vont payer le prix de la vision étroite et populiste du maire et de sa première adjointe ».

« une âme est morte »

« La paresse intellectuelle et la médiocrité auraient-elles gagné ? La culture spectacle, de l'audimat et du compromis lénifiant, de la frilosité, voire de la peur serait-elle la règle aujourd'hui à Quimper ? », s'interroge le collectif avant de poursuivre : « Nous ne le croyons toujours pas. Mais ce qui est certain, c'est qu'une âme est morte. Celle-là même des créateurs, dont l'on n'a pas voulu ». Il se désole par ailleurs que : « Par l'incurie et l'indifférence d'une municipalité, la mémoire du Quartier a dû se réfugier aux archives de la critique de Rennes, au Centre d'art de Kerguéhénnec, dans le Morbihan, ou à Passerelles, le centre d'art contemporain de Brest ». « Des arguments financiers justifiant un tel gâchis ? Il n'y en a pas, car le Quartier termine son année 2016 avec un budget largement excédentaire. Où va aller l'argent du Quartier ? À une association de même type comme le prévoient ses statuts ? Les Quimpérois sont aujourd'hui privés d'une partie de leur histoire culturelle, seront-ils en plus spoliés pour permettre à une municipalité de financer sa politique spectacle ? », conclut le collectif.

 

*********************************

 

Rappelons ci-dessous la déclaration faite en juin dernier par le conseiller municipal communiste Piero Rainero lors de l'annonce de la fermeture du Quartier. Le communiqué du collectif « Quimper CultureS » confirme que cette décision scandaleuse de la municipalité LR de Quimper répond plus à des impératifs idéologiques que financiers.

Le maire de Quimper n'aime pas la création culturelle et l'art vivant.

 

« Ces derniers mois, je me suis élevé à plusieurs reprises au conseil municipal contre les choix politiques et culturels du maire de Quimper qui mettaient en danger l'existence du Centre d'Art Contemporain.

Dénonçant l'amputation des subventions nécessaires à son fonctionnement et la suppression du poste de sa directrice, j'ai interrogé Ludovic Jolivet et ses adjoints sur les menaces de fermeture que ces décisions faisaient peser sur le Quartier.

Il m'a été répondu que ce risque n'existait pas...

Et voilà aujourd'hui l'annonce brutale et sans appel par le maire de la fermeture de ce lieu de culture qui contribue au rayonnement de Quimper, de la Cornouaille, de la Bretagne, et dont la presse nationale se fait l'écho.

Lieu aussi de formation et d'éveil à l'art pour les nombreux scolaires qui le fréquentent. Cette fermeture s'inscrit dans une volonté politique du maire et de son entourage qui n'ont que mépris pour la culture.

En témoignent leurs déclarations fracassantes, visant aussi bien le théâtre pour enfants que les musiques contemporaines, et leur mise en cause systématique du travail culturel accompli depuis des années par les professionnels, les associations, les enseignants.

En portant atteinte à ce patrimoine vivant et créatif, les choix municipaux dégradent l'image de Quimper.

Car ce qui fait l'image de notre ville, Monsieur Jolivet, ce n'est pas l'ouverture des commerces le dimanche que vous voulez imposer aux salarié-e-s, c'est sa riche vie associative et culturelle.

Les raisons budgétaires qu'avance le maire sont à la fois inacceptables et hypocrites.

Inacceptables, car la vie culturelle ne saurait en aucune circonstance être soumise à des critères étroitement financiers de petit boutiquier, encore moins en période de crise sociale et politique comme celle qui traverse notre pays.

Hypocrites, car ce manque de financements invoqué pour le Quartier et plus généralement pour la culture, n'est plus un obstacle quand il s'agit de répondre aux demandes d'associations bien en cour.

Il est clair que la fermeture du Quartier relève plus de critères idéologiques que financiers.

Certes la baisse des dotations de l'État place les collectivités territoriales et leurs élus dans de réelles difficultés pour répondre aux besoins des populations.

Élu communiste, je ne l'accepte pas et je continuerai avec bien d'autres à combattre ces choix désastreux, contrairement au maire de Quimper qui est partisan d'une politique d'austérité encore plus violente et ne s'en cache pas.

Avec mes amis communistes, nous appelons tous les Quimpérois, les Cornouaillais, les citoyens attachés à la culture dans sa diversité, à défendre le Quartier et ses salariés, à exiger l'annulation de sa fermeture.

Je demande la réunion d'un conseil municipal extraordinaire dans les plus brefs délais pour en débattre au grand jour.

J'appelle à la vigilance et à la mobilisation contre toute nouvelle atteinte à la culture, à la liberté d'expression, à la démocratie, au vivre-ensemble.

Piero Rainero

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.