Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Carrefour Quimper : "Le travail du dimanche doit rester exceptionnel" / Ouest-France / 4 décembre 2016

Samedi, la CGT hypermarché a mené une action pour informer le public et les salariés de la volonté de la direction de généraliser le travail du dimanche matin toute l’année. « Nous sommes contre l’idée d’ouvrir les hypers tous les dimanches en dehors des jours d’ouverture exceptionnelle qui induise des salaires majorés de 300 %, les dimanches 11 et 18 décembre », explique Michelle Laurent, déléguée syndicale.

Réunion le 8 décembre

« Une troisième réunion se tiendra le 8 décembre sur l’accompagnement du travail le dimanche matin. La notion de volontariat se transformera vite en une obligation, sans majoration salariale, ce que nous ne voulons pas pour les salariés. »

Un jour de repos commun revendiqué

La CGT revendique le droit à un jour de repos commun pour tous les salariés, le choix du dimanche permet à chaque famille de se retrouver. « Ces modifications de rythme de travail impactent aussi les entreprises partenaires, nettoyage et sécurité, dont les directions mettent déjà la pression pour satisfaire à ce travail supplémentaire. »

Conditions d'emploi

L’ouverture chaque dimanche matin obligerait aussi les commerçants de la galerie marchande à suivre le mouvement et modifierait les conditions d’emploi de leurs salariés.

Ouest-France / 4 décembre 2016

***************************************

Voir aussi dans Le Télégramme :

 

Toute la journée d'hier, à l'appel de la CGT Carrefour Hypermarchés, les salariés se sont mobilisés pour exiger le respect du repos dominical. À Quimper, certains ont fait grève, d'autres ont débrayé.

« La direction nationale des hypermarchés Carrefour a clairement la volonté d'ouvrir tous les dimanches matin. Trois réunions étaient prévues au niveau national pour les négociations sur le thème de l'accompagnement du travail le dimanche matin, dont la dernière doit avoir lieu le 8 décembre. S'agissant de la signature de l'accord, il a été repoussé au 31 décembre », expose Michelle Laurent, déléguée CGT de l'hypermarché Carrefour.

Sensibiliser les clients

« À la CGT, on est contre. On ne cherche même pas à négocier une rémunération. Si les magasins venaient à ouvrir tous les dimanches, ce ne sont pas seulement les salariés de Carrefour qui seront concernés mais aussi ceux du service de sécurité ou de nettoyage, qu'on oblige déjà à travailler les dimanches 11 et 18 décembre », poursuit la responsable syndicale. Pour les salariés, qui cumulent déjà des conditions horaires particulièrement atypiques, des bas salaires et des conditions de travail dégradées, cette perspective d'ouvrir le dimanche est synonyme de davantage de contraintes. « Quand ils parlent de volontariat, il faut savoir que dans les hypermarchés, il s'agit plus de volontariat déguisé », dénonce un des salariés en grève. Pour protester contre cette modification de leur temps de travail, qui risque d'avoir de lourdes conséquences sur leur vie sociale et familiale, les salariés avaient choisi de se mettre en grève ou d'observer un débrayage d'une heure ou deux. Rassemblé dans la galerie marchande, à l'entrée du magasin, le personnel mobilisé a aussi tenu à sensibiliser les clients à cette situation en les invitant à signer une pétition et à éviter de faire leurs courses le dimanche. Ils mettaient notamment en avant que cette généralisation des ouvertures le dimanche avait pour conséquence « d'obliger surtout les femmes à sacrifier leur dimanche, leurs enfants, leurs familles et leurs loisirs ».

Le Télégramme / Delphine Tanguy / 4 décembre

 

********************************************************

 

En solidarité avec les salariés de Carrefour et des autres hypermarchés quimpérois, les communistes du pays de Quimper ont proposé leur pétition à la signature ce week-end à la fête de l'Huma-Bretagne à Lanester.

Les feuilles remplies seront remises à la CGT Carrefour.

L'un des signataires n'est autre que Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT, qui siège aujourd'hui à l'Organisation Internationale du Travail (OIT) pour y défendre les droits sociaux.

Bernard Thibault participait samedi sur la fête au débat « Luttes sociales, citoyenneté, élections » et dédicaçait son dernier livre paru aux Éditions de l'Atelier : « La troisième guerre mondiale est sociale ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.