Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Poste : les sénateurs communistes au chevet du service public dans les territoires / L'Humanité / 8 décembre 2016

Parlement

Alors que le nouveau contrat de présence postale doit être signé entre l'État, La Poste et les maires de France, les sénateurs CRC imposent au gouvernement une séance de débat sur le sujet, ce jeudi.

En septembre dernier, Jean-Pierre Bosino, maire communiste de Montataire et sénateur de l'Oise, engageait une procédure judiciaire contre La Poste. Motif: manquement à l'obligation de service public et rétention de courrier. Durant tout le mois d'août, explique l'élu, « pas un seul courrier n'a été distribué sur la commune ». L'action de Jean-Pierre Bosino n'est pas isolée. Elle participe d'une large mobilisation portée par les élus progressistes, les syndicalistes et les usagers contre la casse organisée du service public postal depuis la privatisation de 2010.

Face à l'urgence, les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen (CRC) ont d'ailleurs poussé à la tenue d'un débat parlementaire « sur la situation et l'avenir de La Poste ». Il se tient aujourd'hui, alors qu'un appel à la grève et à la mobilisation des agents est lancé sur tout le territoire par une large intersyndicale CGT, UNSA et SUD.

Dans les zones rurales comme dans les grandes villes, les fermetures en chaîne des bureaux de poste, leur transformation en « relais poste commerçants » ou en « agences postales communales » et la réduction des horaires d'ouverture cristallisent la colère des élus. Alors qu'un contrat de présence postale conclu entre l'État, La Poste et l'Association des maires de France (AMF) devrait être signé prochainement, les sénateurs CRC demandent à l'AMF, qui doit se prononcer ce jour, de s'y opposer fermement.

Et pour cause. Si jusqu'à présent les conseils municipaux et les maires avaient la possibilité de s'opposer à la fermeture d'un bureau de poste sur leur commune, la nouvelle mouture du contrat de présence postale prévoit de « faire sauter ce verrou démocratique », dénoncent les sénateurs CRC, « et de le remplacer par un simple avis du maire ». Nombreux sont ceux qui ont déjà fait savoir qu'ils s'y opposeront. Partout sur le territoire, des collectifs de défense des bureaux de poste se créent,en lien avec les élus et les syndicats». « L'enjeu est de construire un grand réseau national de tous ces collectifs », note Michel Jallamion, président de la Convergence des services publics. Car cette lutte est celle « de l'intérêt général et de l'égalité entre les territoires », précise Évelyne Didier, sénatrice de Meurthe-et-Moselle. Une bataille qui « rejoint celle que nous menons de longue date sur l'utilisation de l'argent public », intervient Brigitte Gonthier-Maurin, sa collègue des Hauts de Seine, rappelant que « le groupe La Poste a touché 300 millions d'euros* au titre du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) ».

Marion d'Allard / L'Humanité / 8 décembre 2016**

* en un an...plus d'un milliard en 3 ans

 

Voir aussi la déclaration le 6 octobre dernier du sénateur communiste du Morbihan, Michel le Scouarnec :

 

 

                          Groupe La Poste : il y urgence à agir ! -

 

Je m’associe à la détresse des usagers et des personnels de La Poste.

Les missions de La Poste sont fondamentales et répondent à un besoin de proximité et de qualité de service pour toutes et tous.

Mais la situation interne du Groupe La Poste est catastrophique.

Restructurations en cascade, fermetures de bureau, réductions d’horaires d’ouverture, suppressions d’emplois, recours massif aux automates, sont devenus la réalité quotidienne.

En effet au nom de « l’adaptation du réseau aux contraintes économiques », la fermeture de très nombreux bureaux de poste s’accélère dans le monde rural et concerne maintenant les villes.

Cette offensive se traduit également par la précarisation de l’emploi et des techniques managériales fragilisant les personnels.

Notre région Bretagne est particulièrement concernée.

Pourtant, La Poste a bénéficié en 2015 de plus de 350 millions d’euros de CICE tout en supprimant 7200 emplois la même année.

C’est cynique et injuste !

Je m’associe à la détresse des usagers et des personnels de la Poste de voir disparaître ce service public largement privatisé par l’ancienne majorité gouvernementale.

Ma collègue, Marie-France Beaufils Sénatrice d’Indre et Loire a d’ailleurs interpellé le Gouvernement sur ce sujet lors d’une séance de question d’actualité. Mon collègue Jean-Pierre Bosino, Sénateur de l’Oise a déposé une plainte suite à de larges dysfonctionnements dans la distribution du courrier dans son secteur.

L’Etat actionnaire doit prendre ses engagements et mettre un terme à la fermeture des bureaux de Poste alors le contrat de la présence postale territoriale pour les 3 ans à venir, est en cours de discussion.

Il est temps d’agir et ma détermination pour une présence forte de La Poste en Bretagne est entière.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.