Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Finances publiques. 28 nouveaux postes supprimés cette année dans le Finistère / Le Télégramme / 4 janvier 2017

Réuni hier au centre des impôts de Châteaulin, le comité technique local des Finances publiques du Finistère a entériné la suppression de 28 postes, cette année, au sein de ses services (33 l'an passé). Une décision de la Direction générale de Bercy qui a beaucoup de mal à passer auprès des syndicats, qui dénoncent la perte « de 350 emplois ces 15 dernières années dans le département, soit 31 % des 1.109 agents en poste actuellement ».

Au-delà d'une hausse de la charge de travail pour les fonctionnaires, ce qui ne va pas sans engendrer « un climat psycho-social très tendu », ces non-remplacements de départs à la retraite vont occasionner quelques changements notables dans le maillage territorial des Finances publiques finistériennes : fermeture de la trésorerie de Plogastel-Saint-Germain ; fusion de celle de Morlaix-Banlieue avec Morlaix Municipale et Landivisiau ; transfert du recouvrement de l'impôt de la trésorerie de Lanmeur au SIP de Morlaix, du recouvrement de l'impôt de la trésorerie de Pleyben aux SIP de Châteaulin et Quimper-Est, des services de l'enregistrement dans les services de publicité foncière et de l'activité hôpital de la trésorerie de Quimperlé à la trésorerie de Lorient Hôpital.

Remise d'une couronne mortuaire

« La direction ne jure que par le tout internet. C'est une dégradation sans précédent du service public de notre administration au moment où on s'apprête à entamer le chantier du prélèvement à la source », déplore l'intersyndicale Solidaires, FO, CGT et CFDT. Qui annonce par ailleurs qu'à l'exception de ceux de Brest, tous les services en contact avec les usagers ne seront plus ouverts au public les mercredis et/ou vendredis après-midi, afin d'absorber les retards accumulés. Et qu'il est même envisagé de ne plus assurer de permanence téléphonique lors des horaires de fermeture. « Nous n'avons plus les moyens d'assurer nos missions », conclut l'intersyndicale, qui a symboliquement remis, hier, à Catherine Brigant, directrice départementale des Finances publiques, une couronne mortuaire comportant l'inscription « À notre très regretté service public »

 

Et en page Châteaulin :
 

Social. Une couronne pour dénoncer « la mort des Finances publiques »
 

Les syndicats ont boycotté le comité technique local et remis une couronne mortuaire à Catherine Brigant, directrice départementale des Finances publiques.

À l'appel d'une intersyndicale composée de Solidaires, FO, la CGT et la CFDT, une action symbolique a été menée, hier après-midi, au centre des impôts, place Kerjean, où se tenait un comité technique local. Ce dernier a, en effet, validé la suppression de 28 nouveaux postes cette année dans le département.

L'an dernier, à la même époque, le syndicat Solidaires dénonçait la suppression de 33 postes dans les services des Finances publiques du département en alignant deux rangées de chaises vides numérotées à l'entrée du centre des impôts de la place Kerjean. Hier, c'est une intersyndicale composée de Solidaires, FO, la CGT et la CFDT, qui a mené une nouvelle action devant le bâtiment châteaulinois, où se tenait un comité technique local. Ce dernier a, en effet, entériné la suppression de 28 postes, en 2017, dans le Finistère. Symboliquement, les manifestants ont remis une couronne mortuaire à Catherine Brigant, directrice départementale des Finances publiques. « En l'espace de 15 ans, plus de 350 emplois ont été supprimés dans le Finistère. Soit 31 % des effectifs actuels, dénoncent-ils. C'est intolérable, aussi bien pour les collègues que pour les usagers, qui sont confrontés à un service public dégradé.

« Une décision prise à Bercy »

Selon les syndicats, qui ont boycotté la réunion, ce comité technique n'a fait que confirmer une décision prise par le ministère, à Bercy, et qui n'est absolument pas discutable localement. « La direction départementale n'a d'autre pouvoir que celui d'annoncer l'emplacement des postes supprimés », s'agacent-ils. Et de préciser que les 28 postes supprimés correspondent à la quasi-totalité des effectifs du centre châteaulinois ! Ce dernier ne va évidemment pas fermer. Reste que l'intersyndicale craint une « dégradation sans précédent » du service public dans l'administration fiscale départementale. Ainsi, cette année, plusieurs services seront transférés ou fermés. « Et à l'exception de Brest, tous les services en contact avec les usagers ne seront plus ouverts au public les mercredis et/ou vendredis après-midi, afin d'absorber le retard dû aux suppressions de postes. Il est même envisagé de ne plus assurer de permanence téléphonique lors des horaires de fermeture. Nous n'avons plus les moyens d'assurer nos missions. »

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.