Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Morlaix. Vent debout contre « l’engorgement des urgences »

Article d'Ouest-France, 13 janvier 2017

À l’appel des syndicats CGT, CFDT et Sud, une centaine de salariés ont débrayé hier. Ils demandent plus de moyens et d’écoute. Le dialogue est renoué avec la direction.

Infirmiers, aides-soignants, agents hospitaliers… ils étaient une centaine, jeudi après-midi, à débrayer devant les urgences du centre hospitalier de Morlaix pour dénoncer « l’engorgement du service »

« La situation est inquiétante, ça ne peut plus continuer comme ça », lance une infirmière de nuit souhaitant rester anonyme. Depuis dix ans dans le service, elle a vu « une hausse régulière du nombre de patients ».

Francis Landouar, de Sud Santé, parle « de 10 % d’activité supplémentaire depuis 2013. »La faute, expliquent les manifestants, aux personnes qui n’y ont pas forcément leur place, « type bobologie, voire renouvellement d’ordonnance ». Francis Landouar cite aussi « le manque d’infirmières en Ehpad », conduisant « tout un flot de patients aux urgences ».

« Crainte de l’erreur »

La conséquence, c’est « une hypersaturation des lits », continue Christophe Boudrot, de la CGT. 

Une infirmière de jour, toujours sous couvert d’anonymat, raconte sa « crainte de l’erreur, à jongler d’un patient à l’autre ». Elle explique que quand elle rentre le soir chez elle, « ce n’est plus pareil, parce que je n’ai pas l’impression d’avoir bien fait mon travail ».

Stéphane Postollec, de la CFDT, indique avoir « alerté la direction durant tout le mois de décembre, période particulièrement tendue ». Ce vendredi, ce qu’ils veulent, « c’est des solutions ». Le débrayage devant le service s’est finalement transporté dans les bureaux, à grand renfort de banderoles et de slogans pour réclamer des moyens supplémentaires. Les délégués syndicaux ont été reçus par la direction.

Rencontre le 20 janvier

Au terme d’un entretien d’environ une heure, Ariane Bénard, directrice, a proposé une rencontre, vendredi prochain, pour « discuter des améliorations à apporter pour fluidifier le service ». 

Elle annonce aussi l’ouverture, en janvier, d’une unité en ambulatoire de huit places, permettant d’en libérer autant sur les urgences. Et promet davantage de soutien lors des périodes de tension.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.