Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Déclaration du secrétariat du PCF Bretagne

Les 25000 tonnes de maïs stockées dans le port de Brest depuis plusieurs semaines, traitées à l'aide d'un pesticide surpuissant, terriblement dangereux pour ceux qui le manipulent, le transportent, l'utilisent et qui, au bout de la chaîne, le consomment, sont l'exemple le plus abouti des réalités de l'agriculture industrielle à la sauce capitaliste.
 

Le traitement à la phosphine d'aliments du bétail, destiné in fine à la consommation humaine, s'accompagne de risques sanitaires et environnementaux graves dans l’ensemble du processus de transport, de transformation, de valorisation.
 

Les 25 000 tonnes de maïs de Brest, pour emblématiques qu’elles soient, ne représentent que la partie émergée de l'iceberg.

 

Les produits destinés à l’agriculture intensive et aux industries agroalimentaires, représentent une part significative ; plus de 2 millions de tonnes en 2015, du trafic des trois plus importants ports bretons que sont Lorient, Brest et Saint Malo.

 

Il s'agit le plus souvent de tourteaux ou de graines de soja, de colza, de maïs en provenance des Etats Unis du Brésil, d'Argentine. Et l'on connaît les conditions de culture de ces végétaux, souvent OGM, dans ces pays.

 

Par ailleurs, leur transport sur de longues distances suppose de lourds traitements, fongicides, insecticides ; raticides.

 

Et, détail qui a son importance, le navire en question arbore le pavillon des Bahamas, pavillon de complaisance s'il en est !
 

Voilà le résultat de cette agriculture industrialisée à marche forcée, toute entière tournée vers le profit de quelques-uns, périlleuse pour l'humanité et la planète, et désastreuse pour nombre d’agriculteurs que ces logiques poussent dans la fuite en avant ruineuse du chiffre à tout prix et de l’endettement.

 

On touche-là au cœur du problème posé par des pratiques agricoles déraisonnables et mortifères auxquelles est poussé le monde agricole au nom de «la compétitivité mondiale» , .En réalité, l’agro-business par les politiques d'export à bas coût, et de guerre des marchés - organise depuis des décennies la mise en concurrence des producteurs, pour justifier de pressurer leurs revenus et leurs vies.

 

Il est grand temps que l'agriculture bretonne engage une indispensable transition dont la qualité, la maîtrise agronomique, la diversification, la relocalisation, la satisfaction du marché intérieur, la coopération seront les maîtres mots,et la juste rémunération des producteurs la pierre angulaire.

 

Les communistes bretons dans la bataille des élections présidentielles et législatives porteront ces analyses et ces propositions avec les candidats qu'ils présenteront ou qu'ils soutiendront.
 

Le 16 janvier 2017

Photo : Xavier Compain, secrétaire régional du PCF

.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.