Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Énergies. Vers un coup de froid sur l'emploi

Publié le 18 janvier 2017 dans Le Télégramme

 

Une soixantaine de personnes ont tenu le piquet de grève à Guipavas, hier.

La CGT Mines-Énergie appelait à un mouvement de grève national hier, pour protester contre les restructurations qui frappent l'ensemble des industries gazières et électriques. À Brest, des pertes d'emploi sont redoutées.

Alors que la France craint la panne d'électricité à cause de la vague de froid, les agents des entreprises historiques EDF et Engie dénoncent les démantèlements successifs qui ont conduit au risque de rupture de l'équilibre de la fourniture d'énergie. Hier midi, ils étaient une soixantaine d'agents et de retraités à débrayer, devant les locaux l'accueil de proximité des locaux sociaux et de la médecine du travail d'Enedis (ex ERDF) et GRDF. « Beaucoup de salariés sont inquiets », avance Johan Laurent, secrétaire général Mines-Énergie du Finistère. « À Brest, la direction a annoncé sa volonté de fermer la boutique EDF de la rue d'Aiguillon, qui compte cinq emplois. 560 postes devraient être supprimés en France chez EDF Sa, ce qui menace 50 emplois sur le plateau de la rue de Kerervern, à Guipavas », liste le syndicaliste. Les postes supprimés dans les maisons mères (EDF ou Engie) devraient être reclassés dans les filiales. « Mais est-ce qu'elles pourront absorber tout le personnel dont ils veulent se débarrasser ? », interroge Johan Laurent. « Aujourd'hui, leurs variables d'ajustement, ce sont l'immobilier et les salariés, c'est insupportable ».

La sous-traitance touchée

La CGT s'inquiète également du traitement réservé à la sous-traitance, en prenant l'exemple du déploiement du compteur Linky. « À mesure que les compteurs sont installés, les postes de releveurs sont menacés. Chez Telima comptage, par exemple, il y a aujourd'hui 35 releveurs pour le Finistère. Une fois le déploiement achevé, il ne pourrait n'en rester que cinq. Et Enedis et GRDF ne leur proposent aucune perspective, si ce n'est de postuler comme n'importe quel candidat extérieur, sans passerelle possible ! ». Le mouvement de grève amorcé hier est annoncé comme reconductible. « Jeudi, nous allons remettre une pétition à nos ministres de tutelles. Si rien ne bouge, il y aura d'autres débrayages », prévient Johan Laurent.

 

***********************************
 

Voir la réaction du PCF sur les menaces de coupure d'électricité :

http://www.pcf.fr/95462

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.