Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Contre le traité de libre-échange Ceta. Rassemblement samedi 21 janvier à Quimper

Le Télégramme / 19 janvier 2017 / Ronan Larvor

 

Une journée de lutte contre le Ceta, traité européen de libre-échange entre l'Europe et le Canada, est organisée samedi. Les militants préparent le terrain à l'approche d'une échéance importante. Vers la mi-février, les 751 parlementaires européens se prononceront sur le traité qui devra ensuite être ratifié par tous les parlements nationaux sans exception. Il faudra donc compter avec les pays fédérés comme la Belgique où la Wallonie a déjà fait jouer à plein ses pouvoirs et qui pourraient finalement dire non. Le problème, pour les opposants, est que le traité sera applicable sur une durée indéterminée, en attendant le vote de l'ensemble des parlements. Il suffirait pourtant d'un seul vote négatif pour stopper le processus, l'unanimité étant requise. « Si tous les parlements nationaux avaient organisé un débat démocratique sur la question comme la Wallonie, le traité n'aurait sans doute pas été signé le 31 octobre dernier par les gouvernements des 28 pays membres », estime Gérard Mas (NPA). Les militants anti-Ceta et Tafta rappellent leurs arguments. « Le libre-échange a fait la part belle aux multinationales qui ont pris le pouvoir », dit Pascal Petit (Attac). « Cela a abouti au développement terrible des inégalités avec huit personnes qui possèdent à elles seules la richesse de la moitié la plus pauvre de l'humanité », ajoute Gérard Mas. « La commission emploi du Parlement européen à elle-même émis un avis défavorable à l'approbation de cet accord, précise Yvonne Rainero. Le Ceta entraînerait la perte de plus de 200.000 emplois en Europe, dont 45.000 en France, selon une étude de référence ». Les uns et les autres alignent les raisons de s'opposer. « L'aspect climatique n'est pas du tout pris en compte », détaille Pierre Crampon (Attac). « Nos agriculteurs ont du souci à se faire avec les importations de porcs et bovins, sans compter l'abandon du principe de précaution », ajoute Henri Guillou.

Le communiqué du PCF

La section du PCF du pays de Quimper appelle à participer au rassemblement qui aura lieu ce samedi 21 janvier à 10h30 place Terre au Duc à Quimper contre la ratification du Ceta, traité de libre-échange entre l'Union Européenne et le Canada.

Comme le Tafta, c'est un traité de dérégulation et de dumping social au profit des marchés financiers, une arme de destruction massive qui menace l'agriculture, l'emploi, les services publics, la santé, le climat, les droits sociaux... Il organise le démantèlement de nos lois, de nos normes sociales, sanitaires, environnementales pour le plus grand profit des multinationales.

Par son contenu, par l'opacité qui a entouré sa négociation, par ses modalités, ce traité bafoue la démocratie.

L'arbitrage investisseurs - états par des tribunaux arbitraux privés consacre la primauté du droit de ces investisseurs sur celui des citoyens et des états.

La possibilité qu'il soit mis en œuvre à titre provisoire sans ratification par les parlements nationaux, est une atteinte de plus à la souveraineté populaire.

Le moteur des échanges internationaux doit être l'Humain et non la finance.

Au contraire du Ceta, ils doivent se construire dans l'intérêt mutuel des peuples, dans le respect de leur souveraineté et de la démocratie, pour un monde de partage et de solidarité.

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.