Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Quimper. École maternelle Les Pommiers. Les parents d'élèves inquiets

Le Télégramme / 2 février 2017 / Bruno Salaün

Une quinzaine de parents d'élèves de la maternelle publique Les Pommiers ont exprimé leurs inquiétudes, mardi soir, lors d'une réunion interne à l'école, face à la perspective de fermeture de l'une des deux classes à la rentrée 2017 (Le Télégramme de samedi). « Nous sommes inquiets à court terme car si la suppression d'un poste d'enseignant se confirme, ça signifie que l'école ne disposera plus que d'une seule classe à quatre niveaux avec 26 élèves à la rentrée, sans compter les trois enfants de moins de 3 ans », relate Stéphanie Marrec, porte-parole de l'association des parents d'élèves. « Ça pose des questions, dont nous n'avons pas les réponses pour le moment : l'enseignante sera-t-elle remplacée prioritairement en cas d'absence ? Quels moyens d'Atsem et d'animation de temps périscolaires seront maintenus pour accompagner les enfants ? Y aura-t-il toujours un service de restauration sur place ? », s'interroge-t-elle, au nom des parents. Ces questions, une délégation les posera, demain, à l'inspecteur de l'Éducation nationale de la circonscription.

Un rendez-vous a aussi été demandé à l'adjoint au maire de Quimper chargé de l'éducation. Ces deux interlocuteurs, les parents souhaiteraient également les interroger sur l'avenir de l'école à moyen terme. « Nous ne sommes pas crédules : la fermeture de l'école élémentaire Jules-Ferry est confirmée, un poste est menacé aux Pommiers, nous redoutons la disparition de cette petite école », émet Stéphanie Marrec, en référence au plan de réorganisation scolaire du centre-ville en faveur de l'ensemble Paul Grimault/Stang-ar-C'hoat, en cours de réhabilitation-extension. « C'est dommage car beaucoup de parents, qui ont choisi de vivre et d'investir et de s'impliquer en centre-ville, ont précisément opté pour la maternelle Les Pommiers parce qu'elle est proche de chez eux, parce qu'elle est une petite structure très adaptée à l'éveil et à la préparation de nos enfants vers le cours préparatoire », pointe-t-elle. « C'est dommage, répète la maman, d'autant que pour la rentrée, ça se joue a priori à quatre ou cinq élèves près. Nous allons participer à une porte ouverte de l'école pour faire découvrir ses atouts ».

*****************************

 

Cette suppression s'inscrit dans un projet de carte scolaire départementale pour la rentrée 2017 qui a été unanimement refusé par l'ensemble des syndicats, entraînant la convocation d'un nouveau comité paritaire le 10 février. Le projet de dotation d'un (!) poste supplémentaire pour le Finistère se traduirait en fait en termes de classes par 21 ouvertures contre 33 fermetures.

La particularité à Quimper c'est que la majorité municipale de droite a pris les devants en décidant la fermeture de l'école primaire Jules Ferry, qui sera suivie de celle de l'école maternelle Les Pommiers, deux petites structures associées du centre ville de Quimper, au profit d'un renforcement de l'école Paul Grimault / Stang ar Choat.

L'élu communiste Piero Rainero s'est prononcé contre cette fermeture* lors du conseil municipal du 8 décembre dernier.**

Outre l'absence de concertation avec les parents, les enseignants, les syndicats, cette décision de fermeture pose question quant au fond : la disparition de ces petites écoles de proximité, à taille humaine, ne peut que participer à la dévitalisation du centre-ville de Quimper, que la droite prétend vouloir réhabiliter, et au bout du compte affaiblir encore le service public au profit de l'enseignement privé.

Le bilan en termes de carte scolaire est sans appel : suppression de 2 classes à Jules Ferry et fermeture de l'école, suppression d'une des 2 classes de maternelle des Pommiers, avec fermeture programmée, mais une seule classe ouverte à Paul Grimault-Stang ar Choat !

Avec 3 fermetures pour une ouverture, c'est une perte sèche globale de 2 classes.

 

* pour les mêmes raisons qui avaient conduit les communistes à refuser un tel projet de restructuration en 2009, projet ensuite retiré.

**Le Télégramme du 7 décembre, à la veille de ce conseil, donnait la parole aux parents d'élèves de Jules Ferry, à qui la suite des événements a donné raison :

 

Les parents d'élèves de l'école Jules-Ferry s'étaient mobilisés, à plusieurs reprises, en juin et juillet, contre la fermeture programmée de cette école publique à la rentrée 2017. Les élus quimpérois seront invités à se prononcer sur le sujet, demain soir, lors du dernier conseil municipal de l'année, en présence de parents opposés au projet. La délibération proposée reprend les arguments évoqués par l'adjoint chargé de l'éducation, au printemps, en faveur d'une ventilation des élèves de Jules-Ferry vers d'autres écoles, dans un contexte de baisse de 29 % (177 élèves) des effectifs de quatre écoles publiques du centre-ville, entre 2005 et 2016. « Stang Ar C'hoat (en cours de rénovation extension) et Ferdinand-Buisson sont en mesure d'accueillir, dans des conditions très satisfaisantes, les 41 élèves actuellement scolarisés à Jules-Ferry », soutient la majorité municipale. « Espérons que nous n'ayons pas de redoublant en CM2 et que les élèves de grande section de l'école des Pommiers, liée historiquement et non administrativement à Jules-Ferry, au nombre de treize cette année, ne veuillent pas tous être scolarisés à Stang ou à Buisson », commente l'association de parents d'élèves de l'école menacée. « Selon les prévisions de rentrée 2017, cela fait plus de 50 enfants à répartir dans le secteur du centre-ville en classes primaires sur deux écoles », estiment les parents. La majorité signifie que « les écoles de Stang Ar C'hoat et de Ferdinand-Buisson s'en trouveraient ainsi confortées, voire susceptibles d'intégrer de nouvelles classes ». Les parents d'élèves de Jules-Ferry s'interrogent : « Quelles sont les capacités d'accueil des écoles Ferdinand-Buisson où la Ville crée un préau pour les maternelles, et Stang Ar C'hoat en pleine réhabilitation mais sans création de salles de classes supplémentaires ? ». « Les effectifs pourraient être consolidés mais dans quelles conditions d'accueil et d'enseignement, avec des classes surchargées », redoutent-ils.

 

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.