Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Armement nucléaire. Les pacifistes mobilisés

Le Télégramme / Cathy Tymen / 28 mars 2017

 

Les mouvements pacifistes finistériens estiment que la France doit participer à la session de l'ONU sur l'élimination de l'arme atomique car cela réduirait considérablement, selon eux, « l'hyper dangerosité de notre exposition à toutes sortes de risques de dérapages ». Alors que s'ouvrait, hier, à l'ONU une session qui doit déboucher sur l'adoption d'une résolution « d'interdiction des armes nucléaires, en vue de leur élimination complète », plusieurs associations pacifistes du Finistère ont souhaité interpeller les candidats à la présidentielle car la France a décidé de ne pas y participer. « Sur les cinq pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU, seule la Chine ne s'oppose pas à l'élaboration d'un traité d'interdiction des armes nucléaires. La plupart des puissances nucléaires refusent d'y participer. Cependant, à l'instar de la Chine, l'Inde et le Pakistan ne s'y opposent pas. C'est aussi là que le risque nucléaire est le plus important », a commenté hier Roland de Penanros, militant de l'Université européenne de la paix.

« Une session primordiale pour l'avenir de l'humanité »

Ce mouvement brestois s'est associé avec l'Arac (Association républicaine des anciens combattants), l'Association France Palestine solidarité Cornouaille, le Mouvement pour la paix et la 4ACG (les Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre) afin d'interpeller les parlementaires finistériens sur l'interdiction des armes nucléaires. Une demande à laquelle aspirent « 70 % des États du monde » affirment les pacifistes. « Cette session est d'une importance primordiale pour l'avenir de l'humanité mais, étonnamment, dans notre environnement envahi par le tintamarre électoral, il n'est pratiquement pas fait cas de cela », blâme Christian Colimard, animateur du comité sud-cornouaillais du mouvement de la paix. « Nos candidats, reprend Roland de Penanros, sont en campagne. Ils doivent s'engager sur cette question et, s'ils sont élus, ramener la France à la table des négociations. Car elle a signé le traité de non-prolifération nucléaire et la position actuelle de la France est donc en totale contradiction avec son engagement ».

Cathy Tymen. Le Télégramme

Ci-dessous la déclaration du PCF :

 

La France doit s’engager pour un monde sans armes nucléaires

Le 27 mars 2017 s’ouvrent à New-York des négociations visant à la fin des armes nucléaires ; elles font suite à l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU le 23 décembre 2016 de la résolution L 41 portant sur la conclusion d’un traité d’interdiction des armes nucléaires.
 

Alors que la France est signataire du Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP) dont l’article 6 l’engage à œuvrer en faveur du désarmement nucléaire et d’un désarmement général, multilatéral, négocié et contrôlé, elle a voté contre la résolution L. 41 et ne sera pas présente lors des discussions qui débutent à New-York.

 La France, comme les États-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne, a tenté d’empêcher ces négociations initiées par des pays porteurs d’une approche humanitaire ; celle-ci met au centre des préoccupations non seulement la sécurité des puissances nucléaires, mais aussi celle de l’ensemble des États potentiellement victimes de l’emploi des armes nucléaires.
 

Les négociations ont de bonnes chances d’aboutir à un projet de traité d’interdiction et d’élimination des armes nucléaires, d’autant que deux puissances nucléaires, l’une signataire du TNP, la Chine et l’autre non signataire, l’Inde, ont manifesté l’intention de participer aux négociations. Il est temps que la France prenne la mesure de ces évolutions au plan international et joue un rôle actif dans le processus en cours.
 

Le Parti communiste français demande que la France cesse de pratiquer la politique de la chaise vide et rejoigne le processus de négociations qui commence en proposant des mesures concrètes pour avancer vers un monde sans armes nucléaires comme par exemple le gel de tous les programmes de modernisation qui contreviennent à l’esprit et au texte du TNP.

Paris le 27 mars 2017, le Parti communiste français

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.