Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Quimper : après le premier tour des présidentielles

À Quimper, comme dans le Finistère, Jean-Luc Mélenchon, auquel le parti communiste apportait son soutien, est arrivé en 2ème position de tous les candidats avec plus de 20 %, en progrès de 8 % et de 2822 voix sur 2012.

Il devance très largement le candidat LR, parti du maire de la ville, et la candidate du FN qui atteint juste les 10 % et se situe en 5ème position.

Et son résultat est d’autant plus significatif qu’il a été obtenu dans la ville de Jean-Jacques Urvoas qui, comme député de notre circonscription et président de la commission des lois à l’Assemblée Nationale, puis ministre de la Justice, et soutien constant de Manuel Valls, a joué un rôle important dans la préparation et l’adoption des lois régressives de François Hollande.

Jean-Luc Mélenchon a porté les espérances de changement d’un grand nombre d’électeurs de gauche qui voulaient tourner la page des présidences de Nicolas Sarkozy et de François Hollande.

Ce 1er tour des présidentielles à Quimper marque le recul de la résignation, il donne de la force et de l’espoir à celles et ceux qui refusent la soumission à la finance et veulent donner la priorité aux besoins humains, il constitue une base de rassemblement pour les combats à venir, parmi lesquels les élections législatives.

Pour autant le score d’Emmanuel Macron nous interpelle. Il a obtenu sinon la confiance du moins le vote d’un électeur quimpérois sur trois. Pourtant le candidat de la finance, auteur de la loi Macron et inspirateur de la loi travail, partisan de la dérégulation de l’économie, de l’abaissement des services publics et des droits sociaux, de la fuite en avant ultralibérale de l'Union européenne, a été une pièce maîtresse des désastreux choix économiques et sociaux de François Hollande et de Manuel Valls, très largement rejetés par les citoyens. Les plus ultras des libéraux européens ne s’y trompent pas et se réjouissent de son résultat, comme le ministre des finances de Mme Merkel, celui qui a si bien écrasé l’espoir des Grecs.

Communistes, nous continuerons à combattre pied à pied la finance et ses représentants, à nous opposer à leurs attaques contre le monde du travail, à défendre les services publics.

Vous pouvez compter sur nous.

Mais les résultats nationaux ne sont pas ceux de notre ville, et la candidate du FN raciste et xénophobe, ennemi de la démocratie, de la culture, du vivre-ensemble, est au second tour.

Dans l’immédiat nous devons barrer la route à Marine Le Pen et à son clan, au Front National, à leurs idées de haine et de division des travailleurs, à leurs tentatives de détourner la juste colère de ceux qui souffrent vers les plus pauvres, les plus démunis, pour le plus grand bénéfice de ceux qui détiennent l’argent et le pouvoir, et accaparent les richesses à leur profit.

Yvonne Rainero

Quimper, le 24 avril 2017

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.