Section du Pays de Quimper

Section du Pays de Quimper
Accueil
 
 
 
 

Un 1er mai de mobilisation à Quimper et dans le Finistère

Un 1er mai pas comme les autres que ce 1er mai 2017.

Empreint de gravité.

Parcouru par les questionnements sur le second tour des présidentielles.

Selon les chiffres totalisés du Télégramme, ce sont plus de 11 000 personnes qui ont manifesté en Bretagne, le plus gros effectif étant évidemment fourni par les 5000 manifestants de Rennes.

Dans le Finistère, toujours selon la presse, 2850 personnes ont répondu aux syndicats CGT, FSU, Solidaires et UNEF qui appelaient à 7 rassemblements « POUR LE PROGRÈS SOCIAL ET CONTRE L’EXTRÊME DROITE ! ».

Mobilisation non négligeable dans des conditions météo un peu agitées et dans un contexte électoral préoccupant.

800 personnes à Quimper.

Une poignée seulement avaient suivi la CFDT qui faisait bande à part. Il lui était difficile en effet de s’associer à celles et ceux qui s’étaient mobilisés contre la loi travail et annonçaient leur intention de ne pas céder un pouce sur le terrain des luttes sociales.

Le secrétaire régional de la CGT, Thierry Gourlay, présent dans le défilé, était interrogé sur la déclaration du bureau de la CGT Bretagne « La lutte contre le FN, c’est dans l’entreprise, dans la rue et dans les urnes », appelant à ne pas banaliser le FN et à barrer la route à sa candidate en utilisant le seul bulletin disponible, sans taire les responsabilités de ceux dont les choix libéraux nous ont mené à cette catastrophe, sans rien lâcher sur les combats à venir.

Au contraire dit la CGT Bretagne, « mettre le Front national au plus bas, c’est renforcer notre capacité d’intervention au lendemain du second tour des élections pour continuer à porter les exigences revendicatives en développant le rapport de force et le mouvement social. »

Après le défilé entrecoupé d’averses, un pot convivial avait lieu au local quimpérois de la CGT accompagné par Mona Jaouen, qui chanta notamment « Le temps des cerises » dont l’auteur Jean Baptiste Clément, élu de la Commune de Paris, dédia après coup cette chanson écrite avant celle-ci à une combattante de la « Semaine sanglante », autre texte de chanson dû à JB Clément.

Cette chanson avait toute sa place en ce mois de mai où l’on va bientôt commémorer l’écrasement de la Commune, et en cette ville de Quimper où vécut et travailla un temps la Brestoise Nathalie Le Mel qui fut une dirigeante de l’Union des femmes de la Commune et créa avec Eugène Varlin « La Marmite », préfiguration des restaurants du cœur. Amie de Louise Michel, elle fut sa compagne de déportation en Nouvelle Calédonie.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Un 1er mai de mobilisation à Quimper et dans le Finistère

le 02 mai 2017

A voir aussi